Pour toutes vos questions Association AIVF   est là pour vous aider du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

Exemple Indemnisation victime d’accident de la route

Exemple accident route  1 :

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Une victime a été percutée par un automobiliste venant de l’arrière à un feu tricolore. Elle a été transporté à l’hôpital pour des douleurs au dos et aux cervicales. Un constat a été établi ainsi que les responsabilités. L’assureur a donc pris contact avec la victime de l’accident de la route en lui faisant parvenir le questionnaire loi Badinter qui est envoyé dans les 6 semaines suivant l’accident de la route. Une première expertise médicale a eu lieu 2 mois après l’accident à la demande de l’assurance afin que le dossier puisse être évalué, puis un nouveau rendez-vous a été fixé 6 mois plus tard pour d’observer l’évolution de l’état de santé de la victime, en attendant la stabilisation de son état de santé afin de pouvoir calculer l’indemnisation finale.

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route C’est donc à la consolidation que l’expertise médicale finale a lieu; c’est à ce moment que le médecin conseil désigné rend son rapport d’expertise mentionnant toutes les répercussions de l’accident de la route dans la vie de la victime. C’est avec le rapport d’expertise que la compagnie d’assurance additionne tous les postes de préjudices afin d’en calculer une indemnisation financière.

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Le rapport d’expertise fixe un seuil de souffrances endurées pour la victime à 2/7 et un taux d’invalidité de 2% pour les cervicales. L’assurance propose une indemnisation de 2000€ pour les souffrances endurées et 2000€ pour le taux d’invalidité et 500 euros pour les frais médicaux, soit 4500€ au total.

Exemple accident route 2 :

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Les passagers d’un véhicule subissent des dommages suite à un accident de la route provoqué par le conducteur qui a perdu le contrôle de son véhicule. Les victimes passagères ont subi un traumatisme crânien. L’assureur du véhicule prend donc contact avec les deux victimes afin de les indemniser des dommages subis. La période nécessaire avant la consolidation des deux victimes de l’accident de la route aura été de 2 ans. Le rapport d’expertise final retient un seuil de souffrances endurées de 3/7 et un taux d’invalidité de 7% pour la première victime.
Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Sa proposition d’indemnisation finale est donc de 4500 euros pour les souffrances endurées et de 10 000€ pour l’invalidité permanente, soit un total de 14500€. La deuxième victime a eu des séquelles plus importantes et voit son seuil de souffrances endurées chiffré à 4/7 dans le rapport de l’expert et son taux d’invalidité fixé à 15%, une incidence professionnelle est également retenu puisque la victime de l’accident de la route ne peut plus exercer son emploi de comptable. L’assurance lui propose une indemnisation de 5000€ pour les souffrances endurées, 20 000€ pour l’invalidité et calcul l’incidence professionnelle de l’accident de la route à 70 000€, soit une proposition globale de 95 000€.

Voir autre exemple accident route

Conseils de l’association indemnisation victimes accident de la route

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Il est important que les victimes soient attentives aux conséquences de l’accident de la route dans leur vie. En effet, ce sont les conséquences de l’accident qui ont le plus d’incidence sur la proposition d’indemnisation finale. Il faut donc que la perte d’un emploi soit bien prise en compte dans le rapport d’expertise final afin que cela soit évalué et calculé dans la proposition d’indemnisation.

Exemple Indemnisation victime d'accident de la route Vous pouvez contacter l’association indemnisation victimes accident de la route si vous vous posez des questions sur la proposition formulée par l’assurance ou sur votre rapport d’expertise par exemple.