Erreur chirurgicale que faire ?

Pour toutes vos questions l’Association AIVF est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Erreur chirurgicale que faire ?

 « Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer »

 

Comment se faire indemniser suite à une erreur ou une faute chirurgicale ? Que faut-il faire ? 

Erreur chirurgicale que faire ? Suite à une opération chirurgicale vous pensez avoir été en présence d’une faute chirurgicale ? Que faire pour être indemnisé et que la faute soit reconnue ? Il faut d’abord savoir que même en absence d’erreur chirurgicale il y a peut-être une possibilité d’être indemnisé dans le cadre de l’aléa thérapeutique. Pour qu’il y ait erreur chirurgicale, il faut que le chirurgien n’ait pas respecté les règles de l’art. C’est la loi Kouchner qui prévoit l’indemnisation.

L’erreur chirurgicale en question

Il y a des fois où l’erreur chirurgicale est évidente. Par exemple vous allez vous faire opérer du bras droit, le chirurgien se trompe et opère le bras gauche. Mais il y a des fois où l’erreur chirurgicale est tout sauf évidente : vous vous faites opérer du genou et en ressortant votre genou est pire qu’avant. Y a-t-il alors erreur chirurgicale ? Il faut déjà que vous distinguiez la possibilité de vous tromper si vous pensez avoir été victime d’une erreur chirurgicale. Il peut en effet y avoir une différence entre ce qu’ on ressent légitimement et la vérité médico-légale. Seul un médecin expert peut dire s’il y a erreur ou non. Sauf dans le cas d’ Erreur médicale évidente, le mieux est de se mettre dans la disposition d’esprit qu’on recherche tout simplement la vérité. Pour l’association le mieux est de commencer tout simplement à déposer un dossier à la Crci ou Cci. La commission nommera un médecin expert qui rendra un avis. Sur la base de ce rapport il sera alors possible d’orienter le recours soit contre l’assureur du chirurgien soit contre la solidarité nationale s’il s’agit d’un aléa thérapeutique. Vous pouvez vous renseigner sur le site sur la façon de saisir la Crci. Vous pouvez le faire seul ou si vous préférez vous faire défendre. Si vous souhaitez un avocat voir la rubrique avocat erreur médicale

Exemple de question suite à une erreur chirurgicale

Erreur chirurgicale que faire ? J’ai été opérée d’une prothèse totale de la hanche droite, à la Clinique. Dès mon réveil, j’ai remarqué que ma jambe était plus longue que l’autre, depuis, je n’arrive pas à marcher, m’occuper de mon fils, guérir, travailler, conduire, m’occuper de ma maison, faire mes courses… J’ai aussi eu une paralysie passagère de la jambe, elle ne répondait plus et me faisait mal du pied au dos, après un passage aux urgences, je suis rentrée chez moi, sans savoir ce qui m’était arrivée, avec un nouveau traitement. Si je marche, j’ai le genou droit qui me fait très mal, comme si quelque chose y entrait dedans. Je souhaiterais engager une procédure contre ce médecin, qui m’a toujours assuré que tout reviendrait dans l’ordre, un mois après, même mon kiné me dit que l’écart est trop important. Pour moi il y a eu erreur chirurgicale. Pourriez-vous m’aider, m’orienter vers des personnes pouvant m’accompagner dans une procédure de reconnaissance de l’erreur chirurgicale, cette affaire sera difficile, il a pignon sur rue et un service à lui ! et je n’ai pas les moyens de laisser traîner l’affaire et surtout de la démarrer sans être sure d’un résultat.

Réponse à la question sur l’erreur chirurgicale

Erreur chirurgicale que faire ? Dans votre cas le mieux est de commencer en déposant un dossier à la Crci afin qu’un expert médecin neutre puisse dire s’il y a eu ou non erreur chirurgicale. Pour que l’erreur soit reconnue il va falloir qu’il soit dit que le chirurgien n’a pas respecté les règles de l’art dans votre opération. Il y a trois possibilités : le médecin expert peut reconnaître l’erreur chirurgicale, reconnaître un aléa thérapeutique ou dire qu’il n’y a rien du tout. Si vous souhaitez être accompagnée dans votre démarche vous pouvez aller dans la rubrique  » par qui se faire défendre sérieusement« . Sinon vous pouvez aussi déposer un dossier seule. Une fois le principe de l’erreur chirurgicale reconnue, vous aurez droit à la réparation intégrale de votre préjudice qu’il conviendra de négocier avec l’assureur du chirurgien.

Exemples de questions de victimes sur l’erreur médicale

Erreur chirurgicale

Je me suis faite opérer de mon genou droit. Puis je me suis faite opérer de la hanche droite. Depuis ce jour, je ne me déplace presque plus , Ma jambe droite me faisant énormément souffrir. A ce jour je ne me déplace que très peu. Peut il y avoir une erreur chirurgicale dans mon cas ? J’ai 87 ans mais sans ce problème, je pourrais marcher et vivre normalement. Vous pourrez joindre ma fille. Merci de me dire comment faire pour faire reonnaitre une eventuelle erreur médicale.

Erreur chirurgicale oubli de matériel

Je vous contacte car ma maman âgée de 78 ans se plaignait de douleurs dans le bas ventre depuis plus de 21 mois. Après insistance de mon papa (80 ans) vis-à-vis de leur médecin pour de plus amples examens médicaux, il s’est avéré que, suite a une opération en urgence dont le séjour a duré 3 semaines, l’urologue a omis de retirer la sonde Double J (il est noté sur le rapport de sortie que la sonde a été retirée). A ce jour et après de nombreux allers/retours chez un spécialiste (324 Kms A/R), la sonde a pu être retirée le 21 février dernier, mais des complications rénales subsistent. Merci de nous aider à faire reconnaitre cette erreur chirurgicale.

Accident pendant l’opération erreur chirurgicale ?

Mon époux a été opéré en ambulatoire pour une hernie.  sauf que l’opération ne s’est pas déroulée comme prévu. le chirurgien a fait une erreur et a perforé la vessie ce qui a nécessité l’intervention d’un deuxième chirurgien  pour réparer la vessie. l’opération a duré plus de trois heures au lieu d’une heure. une hospitalisation de 7 jours ( écourté de 3 jours à la demande de mon époux). le résultat une incapacité physique (alité de plus d’un mois ) et un acte chirurgicale non abouti (il n’y a pas eu de pose de filet comme prévu initialement, par crainte d’infection). aujourd’hui la clinique lui réclame un reste à charge de 567 € pour un acte qui n’a pas été accompli loin de là … Que faire pour s’exonérer de cette somme.

Erreur opération chirurgicale

Je me permets de vous contacter concernant une erreur médicale de chirurgie. En effet j’ai été opéré d’un canal carpien avec un chirurgien qui a fait ça très rapidement or j’ai eu les douleurs qui sont revenus donc je suis parti voir un autre pour me faire opérer du deuxième et au revoir pour le premier mais lorsque j’ai dû me refaire opérer du premier le nouveau chirurgien qui a ouvert observer que tu as l’ancienne opération chirurgicale j’avais 2 nerf qui était mort et à la place d’une petite cicatrice à la main je me retrouve avec une qui fait la quasi-totalité de ma main il m’a avoué a demi mots que c’était dû à la première opération et les douleurs et tu es insupportable j’aimerais savoir ce que je peux faire.

A retenir Erreur chirurgicale que faire ?

A retenir :

L'erreur chirurgicale doit être consatée sur un plan médico légal
par un médecin expert. Il y a erreur médicale
quand le chirurgien n'a pas respecté les régles de l'art.

Exemples de questions de victimes suite à une erreur chirurgicale

Erreur medicaleet chirurgicale  ou accident de la vie ?

J’ai été opérée, je me suis rendu par mes propres moyens aux Urgences à la suite d’une chute sur la chaussée, fracture du col du fémur. Je suis agée de 73 ans. Le chirurgien qui m’a reçu aux Urgences, et opéré, m’a indiqué qu’il procèderait à une ostéosynthèse (trois vis) étant donné que j’étais « Jeune, active et en bonne santé »!!!   A savoir : pas d’appui de la jambe pendant 45 jours. J’ai été hospitalisé du 19 au 29 Janvier, ensuite je suis allée dans un établissement de réadaptation du 29 Janvier au 29 Mars; jusqu’au 4 Mars uniquement séance de kinétech (bouger la jambe sans appui), ensuite balnéo le matin et kiné l’après-midi 5 jours sur 7. Depuis le 1er Avril poursuite de balnéo et kiné chez Cabinet proche de chez moi.   J’avais une visite de contrôle (avec radio)le 13 MAI avec le chirurgien qui m’a opéré. Il m’a annoncé qu’il partait à la Retraite et fixé un autre RDV avec son successeur. Je lui ai dit que j’avais la sensation d’une jambe plus courte. Sur mes dires, il a constaté que j’avais la jambe opérée plus COURTE (environ 2cm), là m’a conseillé d’aller chez DECATHLON acheter une paire de semelles…. pour lui tout allait bien malgré les douleurs que je ressens au niveau de la cicatrice et à l’aine.   J’ai consulté un autre chirurgien le 5 Juin, en possession de la radio que j’ai passée le 13 MAI. Pas très optimiste à la lecture de la radio. J’ai passé un scanner.  Le résultat du scanner montre qu’il n’y a pas CONSOLIDATION entre la tête et le fémur et que les vis (trop longues) me blessent automatiquement. Son diagnostic : intervention chirurgicale pour enlever les vis et mettre une prothèse de hanche. Voilà CINQ MOIS que j’ai été opérée, que j’ai mis toute ma volonté pour retrouver ma capacité à marcher, et voilà où j’en suis : je marche en boitant et avec béquille uniquement et avec de fortes douleurs. N’y-a-t-il pas eu mauvais choix du chirurgien pour utiliser des vis plutôt qu’une prothèse ? N’est-ce pas une faute chirurgicale ? Hospitalisation en urgence, non programmée puisque chute ? Depuis cinq mois, frais d’hospitalisation, de rééducation, de kiné, de radio, etc.…et, en plus, souffrance… Comment faire pour faire reconnaître cette faute chirurgicale ? Que pensez-vous de mon cas et que me conseillez-vous de faire???

Erreur du chirurgien

J’ai été opérée d’une prothèse totale de hanche droite le 1er octobre, je suis allée pendant 3 semaines en centre de rééducation. A la fin de mon séjour, des douleurs persistaient sur tout le côté externe de la jambe droite ainsi que dans la fesse droite. J’ai revu le chirurgien a 2 reprises depuis mon intervention, il m’a fait comprendre que cela ne relevait plus de sa compétence et m’a conseillé de poursuivre les séances de kiné avec massage, crème anti-inflamatoire et anti-douleur. J’ai continué les séances de kiné sans aucune amélioration. Je me déplaçais toujours avec mes deux béquilles, les douleurs sont devenues mon quotidien, après 3 mois d’arrêt de travail je devais reprendre début janvier, n’ayant pas de garantie de maintien de salaire, j’ai donc repris à mi-temps thérapeutique. A plusieurs reprises j’ai consulté mon médecin généraliste afin de trouver ce qui me procurait ces douleurs. J’ai demandé à faire des séances de kiné balnéo, les douleurs de la face externe de la jambe se sont atténuées mais la douleur dans la fesse est toujours présente ainsi que derrière la cuisse. Le médecin m’a demandé de faire un électromyogramme , il semblait que ces douleurs étaient dues au moyen fessier qui ne se remusclait pas. La kiné balnéo m’a permis de retrouver un peu plus de mobilité et de lâcher progressivement les béquilles mais les douleurs étant toujours présentes, j’ai revu le rhumatologue en avril qui m’a envoyé faire un scanner pour confirmer son diagnostique. Le scanner indique qu’une vis dépasse et est située tout près du nerf sciatique. J’ai donc repris rdv avec le rhumatologue afin qu’elle m’oriente pour la suite. Ma question est de savoir ce que je peux faire pour le préjudice que je subie depuis 9 mois maintenant et ce n’est pas terminé.