Consolidation médicale : de quoi s’agit-il ?

Pour toutes vos questions l’Association AIVF  est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Consolidation médicale : de quoi s'agit-il ?

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

 

La notion de Consolidation médicale suite à un accident médical

Consolidation médicale : de quoi s'agit-il ? La consolidation concerne la date de stabilisation de l’état de santé de la victime. A partir du moment où l’état de santé n’évolue plus ni dans un sens positif ni dans un sens négatif on considère que la consolidation est acquise.

Question sur la consolidation

Ai-je le droit de ne pas être d’accord avec la date de consolidation retenue par le médecin expert ?

Réponse

Vous avez évidemment parfaitement le droit de ne pas être d’accord avec la date de consolidation retenue par l’adversaire. En ce cas il conviendra probablement de procéder à une expertise médicale contradictoire pour trouver une solution. A défaut d’accord c ‘est le tribunal qui décidera de la date finale de la consolidation. La date de consolidation suite à un accident médical  sera donc prévue en accord entre le médecin expert et la victime. La consolidation signifie clairement que la victime a des séquelles. Dans le cas contraire on parle de guérison.

Lire aussi sur le sujet  :

Date de consolidation et indemnisation

Consolidation médicale et Indemnisation suite à un accident médical

Consolidation médicale : de quoi s'agit-il ? Lorsque la victime est consolidée il convient qu’elle demande à son médecin traitant un certificat médical indiquant qu’à priori son état est consolidé. L’idéal est de demander en plus au médecin traitant d’indiquer selon lui les séquelles qui restent. Si toutefois il ne reste aucune séquelle il faut alors lui demander un certificat de guérison. Sur la base de ce certificat médical de consolidation une expertise finale pourra être demandée afin de chiffrer les postes de préjudice. Sur la base de ce rapport l’assureur responsabilité civile professionnel pour la faute médicale ou le fonds de garantie pour l’aléa thérapeutique pourra faire une offre d’indemnisation. Attention : une aggravation de l’état de santé peut survenir quelque temps (mois, années) après la consolidation. Il suffit alors de se faire délivrer un certificat d’aggravation de la santé par le médecin puis de le transmettre à l’assurance ou au fond  ayant indemnisé la victime afin d’ouvrir le dossier en aggravation.

Exemple de question de victime sur la notion de consolidation

Rapport d’expertise suite à AVP

Suite à un AVP , j’ai eu une experte à 6 mois. Dans le meme temps, au cours de mes visites de suivi chez mon médecin, je me plains toujours d’une gêne au niveau des blessures consécutives à l’accident et mon medecin renouvelle mon certificat de poursuite des soins. Je suis convoqué chez l’expert. Ce dernier dans son rapport fixe la date de consolidation (soit 12 mois jour pour jour après l’AVP) alors même que mon medecin traitant tout comme l’expert précise dans ses conclusions qu’une gene persistent dans la pratique des activités sportives (sachant que j’ai précisé à l’expert pratiquer le trail et la randonnée avant et au moment de l’accident). L’expert va quelques lignes plus loin dans son rapport préciser :”il n’existe pas de répercussions de l’accident sur les activités professionnelles et les activités d’agrément effectuées à la période de l’accident.” Est ce normal de fixer une date de consolidation antérieure à la date de consultation? alors même que mon médecin comme l’expert confirme la présence d’une gene persistante et qu’il mon medecin me préconise la reprise des activités très progressive (notamment la course à pied et le trail) afin de confirmer la stabilisation? Enfin comment un expert peut écrire successivement qu’il persiste une gene dans la pratique des activités et dans la phrase suivante qu’il n’existe aucune répercussion?

La date de consoldiation doit être déterminée en accord avec l'assureur et la victime.

A retenir : 
La date de consoldiation doit être déterminée 
en accord avec l'assureur et la victime.