Comment évaluer les souffrances endurées ?

Pour toutes vos questions Association AIVF est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Calcul prétium doloris indicatif

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

Comment évaluer les souffrances endurées ?

Les souffrances endurées représentent un poste de préjudice crucial dans l’évaluation des dommages subis par une victime d’accident ou d’agression. Ces souffrances, qu’elles soient physiques, psychiques ou morales, sont évaluées jusqu’à la consolidation de l’état de la victime, c’est-à-dire jusqu’au moment où l’état de santé n’est plus susceptible d’évoluer.

L’évaluation se fait sur une échelle de 7 degrés, de “très léger” à “très important”, et tient compte de la durée et de l’intensité des souffrances. Voici des exemples pour illustrer chaque degré de l’échelle :

  1. Très Léger (1/7) : Des douleurs mineures et passagères après une intervention, par exemple, une légère entorse sans complication majeure.
  2. Léger (2/7) : Douleurs plus persistantes, comme des maux de tête récurrents ou une gêne modérée suite à une fracture simple.
  3. Modéré (3/7) : Douleurs nécessitant une médication régulière, comme dans le cas d’une rééducation douloureuse après une opération du genou.
  4. Moyen (4/7) : Des douleurs constantes et handicapantes, nécessitant des soins médicaux fréquents, comme des brûlures superficielles étendues ou des fractures multiples.
  5. Assez Important (5/7) : Des douleurs chroniques et sévères impactant le quotidien, comme des séquelles douloureuses après un accident de la route.
  6. Important (6/7) : Douleurs extrêmes et incapacitantes, nécessitant des soins intensifs et prolongés, par exemple, après un traumatisme grave tel qu’un écrasement de membre.
  7. Très Important (7/7) : Souffrances extrêmes, tant physiques que psychologiques, souvent liées à des traumatismes majeurs ou à des séquelles irréversibles, comme dans le cas d’une paraplégie ou d’une grave brûlure sur une grande partie du corps.

Il est essentiel que la description des souffrances soit claire et précise afin d’éviter une double indemnisation. Les souffrances endurées sont un aspect crucial de l’évaluation du préjudice et doivent être traitées avec le plus grand soin et une attention particulière à l’expérience unique de chaque victime.

bonne lecture de l'Indemnisation de l'accident de la route

Bonne visite à tous et bonne lecture sur le chemin de l'indemnisation corporelle
et n'hésitez pas à poser vos questions dans la rubrique prévue à cet effet si besoin !

Questions  des victimes cherchant des renseignements sur l’indemnisation de leur préjudice corporel, notamment sur l’évaluation du Pretium Doloris :

  1. Demande de Renseignement sur Indemnisation : Un individu, victime d’un accident de voiture, a reçu un rapport médical indiquant un Pretium Doloris de 2.5/7 et une AIPP (atteinte à l’intégrité physique et psychique) de 3%. La personne cherche des informations sur le montant approximatif qu’elle pourrait obtenir en indemnisation.
  2. Retard dans l’Indemnisation après Intervention Chirurgicale : Une personne, ayant subi une intervention chirurgicale avec un écrasement du nerf radial, a été attribuée un Pretium Doloris de 3.5 par l’expert de l’assurance. Elle demande des informations sur le retard dans le traitement de son dossier par l’assurance et la manière dont sera calculée l’aide humaine attribuée depuis la date de consolidation.
  3. Evaluation d’une Offre d’Indemnisation Finale : Un cycliste, victime d’un accident de la route suivi d’un AVC, a reçu une offre d’indemnisation incluant divers éléments tels que le Pretium Doloris évalué à 2.5/7 et un AIPP de 17%. Il demande un avis sur l’acceptation de cette offre.
  4. Demande de Conseil Juridique après Accident de la Route : Après un accident de la route, une victime juge l’offre d’indemnisation insuffisante par rapport aux séquelles et douleurs subies. Elle souhaite être conseillée par un avocat pour la défense de son dossier.
  5. Blocage dans le Processus d’Indemnisation pour Dommage Corporel : Suite à une blessure par balle à l’œil droit ayant entraîné une infirmité permanente, une victime peine à avancer dans son processus d’indemnisation avec l’assurance de la partie adverse. Le dossier stagne et l’avocat de la victime ne répond pas, laissant la personne dans une impasse.
  6. Evaluation d’une Offre d’Indemnisation pour Souffrances Endurées : Un individu a reçu une offre d’indemnisation de 1200 € pour un taux de souffrance endurées de 1.5 suite à un accident et se demande si le montant proposé est adéquat.
  7. Impact de l’Accident sur la Vie Personnelle et Familiale : Après un accident, une victime exprime comment cet événement a bouleversé sa vie et celle de sa sœur. L’accident a entraîné des restrictions physiques et un impact significatif sur leur mode de vie et activités, nécessitant des soins continus pour la sœur. La victime recherche des conseils sur son indemnisation pour les différents préjudices subis.