Accident de ski

Pour toutes vos questions l’Association AIVF  est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Accident de ski

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

 

Accident de ski : comment se passe l’indemnisation ?

En cas d’accident en ski, il y a deux situations à distinguer :
– Soit l’indemnisation se fait dans le cadre d’une garantie des accidents de la vie par un contrat avec un assureur : l’indemnisation se fait alors selon le contenu du contrat. La victime doit se procurer une copie complète du contrat, le lire, et comprendre ce que prévoit le contrat.
–  Soit l’indemnisation a lieu, car un tiers est responsable de l’accident de ski. Il convient alors de faire un recours contre celui-ci. L’indemnisation est en droit commun et correspond à la réparation intégrale du préjudice.

Accident de ski : doit-on avoir confiance dans son assureur pour se faire défendre ?

Il y a impossibilité majeure pour un assureur de défendre sérieusement son client. L’assureur se retrouve dans une situation d’être juge et partie. Non seulement il n’a aucun intérêt à créer une inflation des indemnités vis-à-vis des autres assureurs  (une fois, il se retrouve comme payeur, une autre fois comme défenseur)  mais en plus, il a signé des conventions avec les assureurs ! Il ne joue donc pas son rôle de défenseur alors même que la victime a payé une cotisation pour être défendue.

Accident de ski et recours contre un tiers

En cas de responsabilité d’un tiers dans un accident de ski, la première chose à faire est de s’assurer d’avoir la preuve de l’événement. Le recours se fera contre lui et son assureur et bien entendu son assureur demandera la preuve de l’événement. Pour l’indemnisation elle-même, la victime aura droit à la réparation totale de son préjudice. Il conviendra de mettre en cause le responsable.

Calcul de l’indemnité suite à un accident de ski

Le régime de l’indemnisation et donc son calcul dépendra du cas : si c’est une indemnisation contractuelle, c’est le contenu du contrat qui prévoira ce à quoi la victime a droit. Si c’est avec un responsable, c’est le régime du droit commun.

En cas d'accident de la vie la première question à se poser

Retenir : 
En cas d'accident de la vie, la première question à se poser est : 
vais-je être indemnisé par mon assureur dans le cadre d'une garantie des accident de la vie, 
ou vais-je être indemnisé par l'assureur d'un tiers responsable ?

Exemples de questions de victime suite à un accident de ski

Accident de ski et recours contre tiers

J’ai été percutée très violemment par un skieur en février, générant la fracture de l’homéopathe droit. Aujourd’hui, la fracture est en cours de consolidation, mais se sont développées une capsulite rétractile et une légère algodystrophie de l’épaule droite. La zone est encore très sensible et je n’ai retrouvé que partiellement la mobilité de l’épaule. Je n’ai pas repris mon activité professionnelle ni mes activités de loisirs. Mon assureur prend en charge le recours contre le tiers responsable dans le cadre du contrat d’assurance habitation défense recours n’ayant pas souscrit d’assurance spécifique pour les dommages garantie accident de la vie. L’assureur du tiers a accepté la prise en charge de l’indemnisation des conséquences de l’accident. Je souhaiterais savoir s’il est opportun de prendre un avocat pour défendre mes intérêts ou si mon assureur est suffisant alors Qu’il me répète souvent que ma garantie est faible. Il ne répond pas vraiment à mes interrogations suivantes : est-il opportun de constituer dès aujourd’hui (avant consolidation) Un dossier sur les modifications de ma vie quotidienne : impossibilité d’utiliser un vélo comme litent de locomotion quotidienne, impossibilité de pratiquer d’activités sportives alors que cela fait partie de ma vie (puddle, randonnée). Est-ce seulement pris en compte dans le cadre du pretium doloris avant consolidation ? La durée de la consolidation impacte-t-elle l’indemnisation ?

Accident de ski et consolidation

J’ai eu un accident du ski. J’avais pris mon forfait avec ma carte visa premier. De plus, j’ai aussi une Assurance Accident de la vie souscrite auprès de mon assureur GAN. Toutefois, l’un comme l’autre m’ont répondu qu’il faut attendre la consolidation avant de prendre quelconque préjudice. Or, j’ai subi :
— Une opération chirurgicale avec AG.
– 4 vis dans le genou.
— Ma jambe gauche immobilisée pendant six semaines.
– une ITT :
— Une perte d’autonomie, car je n’ai pas pu conduire durant neuf mois parce que l’appuie n’était pas encore complet en raison de vis qui ont bougé.
— Une opération chirurgicale de prévue pour extraire les vis et arthroscopie.
-1 mois en télétravail après cette seconde intervention.
Est-il normal qu’aucun préjudice (douleurs, perte d’autonomie, ITT,…) suite à cet accident du ski ne soit pas pris en compte jusqu’à ce jour. En effet, mon dossier est bloqué, car l’assureur ne veut rien faire tant que la consolidation n’a pas été prononcée. De plus, il semble que mon contrat fait référence à un taux minimum de 10% pour une prise en charge. Toutefois, j’ai subi une nouvelle opération sous AG, le 05 septembre dernier, pour retirer les vis et je recommence une nouvelle série de rééducations. Le compte rendu opératoire fait état de :
– chondropathie grade II/III posttraumatique du compartiment fémoral tibial interne,
– chondropathie grade I/II posttraumatique du compartiment fémoral tibial externe, et
— Beaucoup de tissus inflammatoires de l’échancrure fémorale.
Ma visite post-opératoire était lundi. Le médecin m’a confirmé le compte-rendu opératoire ainsi que les conséquences. Il m’a aussi été demandé de continuer le suivi auprès de mon médecin traitant. Ce dernier a confirmé mon état actuel : boiterie importante, douleurs, tissus inflammatoires, etc en sus des préjudices déjà évoqués. J’ai transmis les comptes rendus opératoires à l’assureur, à leur demande. J’ai consulté votre site de l’association Aide Indemnisation Victimes de France qui communique des coordonnées de médecins qui peuvent nous assister face au médecin expert désigné par l’assureur. C’est pourquoi, je prends contact avec vous afin de vous demander vos recommandations, préconisations qui peuvent me supporter lors de l’expertise suite à cet accident du ski.

SUITE Accident de ski, OPÉRATION

JE M’ADRESSE À VOUS CAR EN JANVIER J’AI FAIT UNE CHUTE DE SKI SUR MON GENOU GAUCHE QUI M’A VALU UN LIGAMENT CROISE TRÈS ENDOMMAGÉ. JE ME SUIS DONC FAIT OPÉRER A L’HÔPITAL EN JUILLET. SUITE À CETTE OPÉRATION MON GENOU ME FAIT SOUFFRIR LE Martyre ET JE FAIS TOUJOURS DES INFILTRATIONS ET ÉPANCHEMENT DE SYNOVIE. J’AI VU DEUX CHIRURGIENS DIFFÉRENTS DEPUIS QUI M ON DIT QUE LE TRAVAIL AVAIT ÉTÉ MAL FAIT ET QUE MAINTENANT C’EST UNE PROTHÈSE Qu’IL ME FAUT. Je n’AI QUE 62 ANS ET NI Ne suis PAS PRÊTE. Ainsi, JE TRAVAILLE ENCORE ET NE PEUT PAS ME PERMETTRE DE ME METTRE A L ASSURANCE MALADIE JE VOUDRAIS PORTER PLAINTE MAIS NE SAIS PAS À QUI M’ADRESSER POUVEZ-VOUS M’AIDER MERCI BEAUCOUP

Accident de ski

Lors d’un séjour au ski, j’ai eu un accident (chute à l’arrêt). Dégâts corporels : Fracture du fémur à droite. Il se trouve que je suis porteur d’une prothèse de hanche coté droit et celle-ci a bougé suite à la fracture. Je suis assuré (APRIL) pour une garantie de prêt bancaire avec une exclusion pour toutes les pathologies liées à ma prothèse de hanche. Mon chirurgien me dit que là où est située la fracture du fémur, elle n’a pas été causée par ma prothèse MAIS que la prothèse a remué à cause de la fracture de l’os qui la porte. J’ai voulu faire valoir mes droits auprès de l’assureur, mais celui-ci me renvoie à l’exclusion dans mon contrat. J’ai vraiment l’impression d’être victime d’une injustice, car je pensais être assuré pour les ACCIDENTS. J’ai été arrêté 10 mois, quasiment sans revenu parce que je suis autoentrepreneur artisan (mes économies ont totalement fondues). Puis-je introduire un recours pour être indemnisé ? Quel type de recours, je dois introduire ? Une expertise médicale par un expert indépendant peut-elle être demandée ? Puis-je faire intervenir mon assurance “protection juridique” ? J’hésite à la solliciter de peur d’avoir à perdre encore de l’argent pour une cause qui serait indéfendable sachant qu’elle ne couvrira pas la totalité des dépenses de justice.

Contre-expertise accident de ski

J’ai été victime d’un accident de ski. Fracture tibia péroné. Opération (clou dans le tibia). Aujourd’hui grande douleur dans la cheville et genou (arthrose importante.) Boiterie. Les deux experts de mon assurance affirment qu’il n’y a pas de lien entre les problèmes à cette jambe et mon accident de ski (pour lequel j’étais assurée). Moi, je suis convaincue ainsi que le chirurgien qui me suit que mes problèmes proviennent de l’accident de ski. Je n’ai pas encore les résultats de l’expertise, mais les deux médecins-conseils m’ont laissé entendre que mes problèmes survenus à la jambe accidentée n’étaient là que par coïncidence.

Évaluation préjudice moral accident en ski

J’ai été victime d’un accident de ski avec tiers non identifié. J’ai dû subir une reconstruction d’un LCA sur le genou droit et le LCA coté gauche a été distendu et non opéré. Je suis professeur d’éducation physique et j’ai été arrêté avec perte de salaire pendant 5 mois, ai réalisé plus de 100 séances de kiné. Très sportive et compétitrice, je n’ai pu reprendre sereinement mon activité (course sur route et piste). Je suis convoqué en janvier par le médecin expert du Fonds de garantie avec l’assistance d’un médecin de la MAIF. À mon grand étonnement, ce dernier ne me reçoit pas en amont, mais est juste présent le jour J. Au-delà de mes séquelles physiques reconnues par le médecin du rectorat (je n’ai pas accès à son rapport), j’ai également subi des séquelles psychologiques et encore suivie à ce jour. Comment vais-je pouvoir faire valoir ce préjudice lors de l’expertise ?

Accident de ski

Suite à un accident de ski, j’ai été expertisé par un médecin mandaté par mon assurance et il a été indiqué que je n’avais que 8 % d’aipp de séquelles donc pas d’indemnisation de l’assurance. Ainsi, le taux ne dépasse pas 10 %. Je conteste ce rapport parce que j’ai mal à la jambe dès que je marche sur 200 m en pente raide, dès que je m’assois ou que je me relève, je voudrais donc savoir si je peux contester le rapport d’expertise et comment le faire.

Accident en ski

J’ai été victime d’un accident de ski. Lors de l’expertise, l’expert de mon assurance a affirmé que les problèmes que j’avais (douleurs, cheville endommagée et problème de mobilité) n’était qu’une “coïncidence”, sans lien avec mon accident. J’ai demandé une contre-expertise. Mon assurance m’a envoyé une liste de trois nouveaux experts parmi lesquels je dois choisir. D’après mon assurance, je ne peux prendre qu’un de ces trois. N’est-il pas possible de prendre, même à mes frais, un expert totalement indépendant ? Par ailleurs, mon assurance me propose de me faire accompagner de mon médecin. Mon médecin généraliste ne me connaît que depuis peu et je ne vois pas quel éclairage il pourrait apporter. Les chirurgiens de Bordeaux, qui m’ont soignée, opérée, n’ont sans doute pas assez de temps disponible pour être présent à la contre-expertise. Ils ont écrit, chacun, une lettre affirmant le lien entre mes séquelles et l’accident de ski. L’expert n’en a pas tenu compte ! J’aimerais savoir ce que je peux faire pour que l’on croie ces chirurgiens et que l’on ne nie pas l’évidence.
.

Accident de la vie (ski) causé par un tiers reconnu responsable

Il s’agit d’un accident de ski. Je ne suis pas défendu correctement par mon assureur. Celui-ci semble jouer un double jeu. Est-ce trop tard pour faire appel à un avocat ? Pourriez-vous m’aider à en trouver un spécialisé dans ce genre d’accident ? Merci