Erreur médicale accouchement

Pour toutes vos questions l’Association AIVF  est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Erreur médicale accouchement

 « Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer »

 

Erreur médicale suite à un accouchement : questione de victimes

Questions de victimes concernant des erreurs au niveau de l’accouchement. L’avis d’un médecin expert est souvent le préalable à toute action. Il convient que le médecin n’ait pas respecté les régles de l’art actuelle de l’accouchement pour que la faute soit reconue.

Question de victime : erreur médicale suite à un accouchement. Quelles sont les possibilités pour être indemnisé ? Quelle indemnisation est alors possible ?

Erreur médicale accouchement Je me permets de vous contacter pour savoir quelle serait la procédure à suivre pour déposer plainte ou de réclamer une indemnisation auprès de l’hôpital suite à un accouchement et une  Erreur médicale. J’ai accouché  en décembre dernier d’une petite fille à l’hôpital. L’accouchement s’est bien passé, sans complications, sur le compte rendu est écrit noir sur Blanc accouchement normal, délivrance (placentaire) normale.  Le premier, quelques jours après être rentrés de l’hôpital, j’ai appelé les urgences de l’hôpital  service gynécologie et la personne au bout du fil m’a dit de rester à la maison si je n’avais pas de fièvre. Je suis  allée à l’hopital et une interne très désagréable n’a pas pris la peine de m’examiner malgré mes lamentations en me disant que c’était de ma faute car je n’avais pas repris la pillule contraceptive prescrite à ma sortie d’hôpital et que de ce fait mon retour de couche revenait et que je saignais par ma faute. L’opération s’est passée de complications et complications, ils ont en enlevant la dite masse, transpercé mon utérus à deux endroits et abîmé mon intestin grêle, après une hystéroscopie, une cœlioscopie, ils ont fini par une laparotomie abdominale, pour aller couper un bout d’intestin grêle et tout recoudre. J’ai également fait une réaction allergique rare aux produits anesthésiants, une hyperthermie maligne, qui a failli me coûter la vie. Je me suis réveillée en réanimation, perfusée aux deux mains, avec une sonde gastrique, une sonde urinaire, un énorme drain dans le ventre et en montée de lait. J’ai appris, 1 mois après l’intervention que la masse n’était pas comme ils me l’avaient assuré lors de mon hospitalisation un fibrome nécrosé s’étant développé pendant ma grossesse, mais un morceau de placenta oublié post-accouchement. Je vous remercie d’avance de revenir vers moi afin de me dire si une procédure est utile et quelle est la démarche à faire. Nous pensons qu il y a bien une erreur médicale sérieuse. Peut  on être indemnisé ?

Réponse de l’AIVF sur erreur médicale et accouchement.

Effectivement il semble bien s’agir d’une erreur médicale. La CRCI peut rendre un avis. Prenez le temps de lire la rubrique ci-dessous afin dans un premier temps d’avoir la culture nécessaire. Ensuite il conviendra de faire le recours en erreur médicale comme proposé dans la rubrique. Lire attentivement la page suivante  : erreur médicale comment faire ?

Exemples de questions posées sur une erreur médicale suite à un accouchement

Décès bébé pendant l’accouchement

Je me permets de vous contacter ce jour car j’ai accouché le 18/03 dernier et notre fille est décédée pendant l’accouchement. Les médecins nous ont indiqué que c’était suite à une rupture utérine mais que rien ne laissait présager ce drame. Par la suite, nous avons demandé le dossier médical et nous l’avons transmis sur Paris, à une sage femme qui est dans un service de grossesse à risque. Elle tout de suite été très choquée par mon dossier mais avant de me répondre, elle a demandé un avis à deux de ses collègues sage femme ainsi qu’à deux obstétriciens. Tous sont unanimes, il y a une accumulation d’erreurs médicales impressionnantes et impardonnables. Le monitoring avec les tracés du cœur du bébé indique très clairement qu’à 23h00, il fallait avertir le médecin de garde et passer en césarienne car notre bébé était en grande souffrance mais la sage femme s’entête à vouloir me faire accoucher par voie basse et n’a donc pas prévenu le médecin. Par la suite, je fais une rupture utérine. Elle appelle le médecin de garde à 1h20, le médecin est très inquiet. Il me dira très clairement « madame, nous partons en césarienne car je suis très inquiet pour vous ». Je lui ai demandé si j’allais mourir. Suite à cela notre petite fille est décédée car entre son cœur qui était en souffrance depuis 23h00 plus la rupture utérine, elle n’a pu être réanimée. Le personnel présent lors de l’accouchement nous font croire que c’est un accident, comme un accident de la route : le destin, la malchance. Ils sont tous passés nous voir dans la chambre le lendemain avec le même discours. Aujourd’hui, nous savons ce qu’il en est. La sage femme à mis ma vie en danger et tué notre enfant. Je ne comprends pas pourquoi, ils couvrent la sage femme et aujourd’hui, elle continue d’exercer. Pour faire notre deuil de notre petite, nous avons besoin de lancer une procédure juridique pour que cette personne ne puisse pas tuer d’autres bébés et nous voulons des excuses.  Pouvez-vous nous venir en aide ?

Accouchement 2h plus tard

Depuis mon accouchement mon garçon de 3 ans présente un retard cérébral, il a toujours des problèmes de sommeil, d’alimentation réflexe nauséeux, ne parle pas… Je suis arrivée à l’hôpital vers minuit et demi, la sage femme m’a dit vers 3 h du matin c’est le moment idéal de vous accoucher mais je ne peux pas il faut attendre le gynécologue qui est arrivé 2 h plus tard j’avais très peu de contraction, j’ai eu mon monitoring 2 mois plus grâce à l’appui du conseil de l’ordre des médecins, j’ai besoin d’un avis d’un professionnel pour le monitoring.

préalable à toute action est l'avis d'un médecin expert  sur l'accouchement

A retenir : 

Le préalable à toute action est l'avis d'un médecin expert
  sur l'accouchement
afin de ne pas partir dans des procédures longues
 et couteuses pour rien. 
Il y a la solution de saisir la CRCI en premier lieu 
qui est la meilleure solution pour avoir un avis.
 Mettre un message à l'association si vous avez besoin d'être éclairé 
sur le recours suite à un accouchement.

Avis d’un avocat suite à un accouchement

J’ ai accouché en juin  d’une petite fille en chu ( une ventouse été posée échec puis pose de forceps) durant l’effort de poussée. Une expression utérine a été réalisée ce qui est formellement interdit.. Suite à l accouchement j’ai une incontinence urinaire et anale. Ne supportant plus cette situation incontinence anale, en février je consulte un hepato gastro enterologue qui réalise une echo endoscpie et une nanometrie. Résultat : un défect sur le sphincter externe d environ 60 degré contraction sphinctérienne limitée et  trouble de la sensibilité rectale. Je réalise de nombreuses séances de kiné. Depuis la naissance de ma fille vie a complètement changé Je n ‘arrive plus à me retenir pour aller aux toilettes. Je ne sors plus, plus de ciné, plus de sport, pas d activité avec ma fille. Je fais attention à ce que je mange pour aller moins souvent à la selle. A ce jour j’ai ma qualité de vie très perturbée, je suis angoissée. Ma vie de couple est perturbée et j ai une baisse de libido. J’ai réalise un dossier en cci. Conclusions CRCI: état de santé non consolidé ( réalisé une nouvelle expertise) . Réparation des préjudice incombe à l’assureur du ch de Roubaix 20% : Souffrances évalué 3/7. L’ assurance du chu me propose
déficit fonctionnel temporaire partiel  classe 2 : 25% : 3269.50eurosx20%= 653.90 euros
déficit fonctionnel temporaire partiel  classe 1 : 10% : 534.30euros x20%=106.86 euros
-souffrances endurées : 3/7 : 3500eurosx20%= 700 Euros
Je trouve que c’est vraiment très peu par rapport aux souffrances que j’ endure et à ma qualité de vie qui est très altérée. Je souhaite avoir votre avis. Faut il saisir en judiciaire? Que puis je obtenir de plus?