Traumatisme Crânien Indemnisation

Pour toutes vos questions l’Association AIVF est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Permanence : posez votre question via la rubrique “Contact”.  Réponse dans la journée.

Sécurité routière et aide aux victimes. Cliquez sur la photo

Profitez d’un rendez-vous offert gratuitement par un avocat signataire des chartes de l’AIVF

NB : ce service est également proposé, pour les victimes qui le souhaitent, en Visio Conférence

Cliquez sur la photo

Indemnisation du Traumatisme Crânien : explications

Essentiel à retenir

Complexité de l’indemnisation : L’indemnisation des victimes de traumatisme crânien est complexe en raison des difficultés à évaluer les conséquences souvent non visibles du traumatisme. Les victimes peuvent avoir du mal à défendre leurs intérêts et bénéficieraient du soutien de proches ou de professionnels.

Définition et conséquences du traumatisme crânien : Un traumatisme crânien résulte d’un choc violent à la tête, pouvant causer des lésions cérébrales avec des conséquences variées telles que des comas, des troubles de concentration, de la parole, visuels, auditifs, et mnésiques.

Degrés de gravité : Les traumatismes crâniens sont classés en légers, modérés, et sévères, selon la durée de perte de connaissance et d’amnésie post-traumatique. Les séquelles peuvent varier de mineures à très importantes, influençant l’ampleur de l’indemnisation.

Assistance professionnelle pour la défense : Il est crucial pour les victimes ayant des séquelles de se faire assister par des avocats et des médecins experts spécialisés dans les traumatismes crâniens, pour s’assurer d’une indemnisation adéquate qui prend en compte toutes les conséquences de l’accident.

Spécificités de l’indemnisation en cas d’accident de la route : L’indemnisation est intégrale pour les victimes piétonnes, passagères, ou cyclistes, sauf en cas de faute de la victime. Pour les conducteurs, l’indemnisation dépend de leur implication dans l’accident et peut être influencée par la souscription d’une garantie conducteur dans leur assurance automobile.

 

L’indemnisation du traumatisme crânien est rarement aisée. Vous pouvez utiliser le présent site pour tout ce qui concerne le principe de la réparation intégrale du préjudice (calculateur, vérification des différents postes de préjudices.)

L’indemnisation du traumatisme crânien

L’indemnisation du traumatisme crânien est difficile, car les conséquences d’un tel traumatisme ne sont pas toujours faciles à mettre en avant. De plus, la victime d’un traumatisme crânien éprouve par nature des difficultés à défendre son propre dossier et donc ses intérêts. Il est souvent souhaitable qu’elle soit épaulée par un proche qui suive avec elle l’évolution de son dossier. Dans le cadre d’un accident de la route, l’indemnisation est prévue par la loi Badinter.

Définition d’un traumatisme crânien

Le traumatisme crânien (ou « trauma crânien ») est la lésion cérébrale causée par à un choc violent à la tête. Dans notre domaine d’intervention, ce choc a lieu suite à un accident de la circulation, un accident de vélo ou tout simplement suite à un accident de la vieLes lésions cérébrales qui sont provoquées par le choc peuvent entraîner malheureusement un coma qui va de quelques heures à plusieurs semaines. Diverses conséquences peuvent découler de ce choc : difficultés de concentration, troubles de la parole, troubles visuels, troubles auditifs, troubles mnésiques.

Quels sont les degrés du traumatisme crânien ?

Il y a en premier lieu le traumatisme crânien léger. Il correspond à une perte de connaissance d’une durée inférieure à une heure. L’amnésie post-traumatique (le patient ne se souvient plus de l’accident, et parfois des instants qui l’ont suivi) porte sur une période très courte, qui n’excède généralement pas 24 heures. Dans ce cas de figure, dans la grande majorité des cas, les patients ne gardent pas de séquelles du traumatisme crânien léger et récupèrent en quelques mois. Il y a ensuite le traumatisme crânien modéré, qui est l’intermédiaire entre le traumatisme crânien léger et le traumatisme crânien sévère. La gravité du traumatisme crânien modéré est alors évaluée en fonction de la durée de la perte de connaissance du patient, de la profondeur du coma et de la durée de l’amnésie post-traumatique. Les séquelles sont souvent importantes et il convient de faire très attention pour l’indemnisation. Il y a enfin le traumatisme crânien sévère, qui correspond à un coma d’une durée de plusieurs heures à plusieurs jours. Les conséquences et les séquelles sont alors très importantes.

Comment défendre l’indemnisation d’une victime d’un traumatisme crânien ?

À partir du moment où il reste des séquelles, même en apparence peu importantes, le mieux est de se faire assister par des professionnels compétents en matière de traumatisme crânien. En effet, il est plus que jamais judicieux de se faire assister par des avocats et des médecins experts ayant une solide expérience de ce type de traumatisme : le traumatisme crânien est probablement l’indemnisation la plus difficile. Un grand nombre de victimes nous contacte et nous constatons qu’il manque une grande partie de l’indemnisation. Il faut en effet prendre d’une part un grand recul dans le temps pour évaluer les séquelles et d’autre part ne pas oublier toutes les conséquences de l’accident. L’association propose l’intervention des professionnels nécessaires pour vous épauler en vue d’une indemnisation suite à un traumatisme crânien. N’hésitez pas à nous contacter en cas de besoin.

Indemnisation du traumatisme crânien et accident de la route

L’indemnisation du traumatisme crânien suite à un accident de la route est intégrale à partir du moment où la victime est piétonne, passager ou cycliste. (sauf en cas de préjudice recherché volontairement par la victime). Lindemnisation du traumatisme crânien suite à un accident de la route pour le conducteur dépend de son implication dans l’accident. En effet, s’il a commis une faute de nature à limiter son droit à indemnisation, celle-ci sera réduite ou nulle. Il y a cependant une possibilité d’être indemnisé si le conducteur a souscrit une garantie du conducteur. Il conviendra alors de lire les conditions particulières et générales de son contrat d’assurances automobile afin de comprendre les modalités d’intervention de l’assureur.

Remarques de l’Association sur une victime d’accident de la route : Traumatisme crânien, Accident de voiture

Vous avez été victime d’un accident de la route et vous vous posez des questions sur Traumatisme crânien Accident de voiture. Nous vous invitons à prendre connaissance des rubriques : Indemnisation du traumatisme crânien et prise en charge d’indemnisation de l’accident de circulation, proposition d’indemnisation . Sinon, d’une manière générale, pour bien vous défendre, nous vous invitions à lire attentivement les rubriques :
– Les postes de préjudices
– Le rôle du médecin expert
Si vous avez besoin de vous faire défendre, nous vous invitons pour le médecin expert de consulter la liste des médecins experts et pour l’avocat à nous en faire la demande par email. Si vous souhaitez davantage de renseignements, laissez nous vos coordonnées téléphoniques pour que nous puissions parler de votre Traumatisme crânien Accident de voiture.

En cas de traumatisme cranien

Retenir : 
En cas de traumatisme crânien, il est vivement conseillé
 de faire de son coté un bilan neuro-psy 
avant d'aller à l'expertise médico légale finale.
Cela évite de laisser le médecin expert décider
seul arbitrairement des conséquences du traumatisme crânien...

Exemples de questions concernant le traumatisme crânien

PV accident et traumatisme crânien

J’ai été victime d’un accident de la route. Sur le coup, je n’ai pas pu me souvenir des circonstances de l’accident ayant eu un traumatisme crânien. La CRS chargée de l’enquête m’avait répondu en mai qu’ils avaient bien transmis leurs conclusions (me discréditant de toute responsabilité dans l’accident) en avril au parquet. Ma Cie d’assurance n’ayant pas eu le PV par trans-PV m’a imputé la responsabilité totale de l’accident. Ce qui a eu pour impact de payer une prime malusée (coefficient de 0,62 au lieu de 0,50) auprès d’une autre Cie, ma Cie m’ayant éjecté. Au miracle, j’ai reçu le PV à l’automne dernier validant bien mon statut de victime. Physiquement, je n’ai pas de séquelles et ne réclame rien en préjudice corporel, mais il me reste cependant quelques séquelles du traumatisme crânien. Le préjudice est financier, à savoir une cotisation d’assurance malusée et une perte de salaire (500€-1000€). Quelle procédure me conseillez-vous afin de rentrer dans mes fonds ? Dois-je faire un recours pour les conséquences de mon traumatisme crânien ?

Trauma crânien et consolidation

Notre fille a été victime d’un accident de la route renversée par un véhicule. Elle a eu un traumatisme crânien et a eu diverse opération. Aujourd’hui, elle va beaucoup mieux, mais a encore quelques séquelles. Expert assurances vu : pas de consolidation. Elle est convoquée devant un expert tribunal en juin, notre médecin, nous conseille de consolider et notre avocat, nous conseille d’attendre. Nous sommes perdues.

Accident et traumatisme crânien

L’accident s’est produit en décembre, il a été hospitalisé en réanimation puis en gériatrie. Les conclusions du médecin légiste sur le traumatisme crânien : Le tableau clinique était caractérisé par une marche difficile, précaire à petits pas d’origine vasculaire et proprioceptive. Un déficit moteur global avec un testant à 4,5/5 environ. Une hypoesthésie des membres inférieurs principalement en ce qui concerne la sensibilité profonde, Une dysmétrie, Une adiadococinēsie. Un déficit cognitif important avec effondrement du minimental test de Folstein à moins de 5/30. Il est précisé que le traumatisme crânien de gravité certaine avait accéléré la dégradation cognitive et précipité l’évolution d’approximativement 2 ans. J’ai fait une demande d’habilitation pour mon père suite à la demande de l’assurance et c’est le juge qui m’a orienté vers vous afin d’être sûr que mon père sera bien protégé et que l’indemnisation soit correcte.

Hématome et trauma crânien

Suite à un accident de la circulation, piétonne renversée par une voiture, un hématome sur la cuisse droite, point d’impact (entre autre trauma crânien…..), l’hôpital a omis dans son rapport ce point d’indiquer le trauma crânien toutefois repris le 22 mars dans le centre de rééducation dans le compte rendu d’arrivée  l’expert refuse de prendre le trauma crânien en compte, car cela excède les délais de 10 jours de déclaration. Les séquelles sont apparues 8 mois après avec de lourdes conséquences, avez-vous un conseil à me prodiguer.

Remarques de l’association

En matière de trauma crânien, il faut être particulièrement prudent. Avant la consolidation, c’est une bonne idée déjà de faire un bilan neural psy afin de pouvoir apprécier de manière indépendante les séquelles éventuelles. Ensuite, il peut être judicieux de s’adjoindre à l’expertise un médecin expert de recours, si possible spécialisé en trauma crânien, afin que toutes les conséquences soient sérieusement prises en compte

Question de victime Accident de la Route : Traumatisme crânien Accident de voiture

J’ai été victime d’un Accident de voiture et je souhaite avoir des renseignements sur Traumatisme crânien Accident de voiture. Mon beau-père, ma belle-mère, mon compagnon et moi-même avons eu un accident de voiture. Mon beau-père conduisait ma propre voiture, mon compagnon était assis du côté passager et ma belle-mère du côté doit arrière et moi-même du côté doit. On roulait à la limite de vitesse entre 50 et 60 km/h, mon beau-père arrive à une interception en croix et a fait son contrôle, a vu un véhicule arriver sur sa droite. Malheureusement, ce véhicule semblait être en excès de vitesse et nous a heurté de plein droit à l’arrière de la voiture au niveau de la porte et du châssis. Plus de peur que de mal, le conducteur de l’autre voiture accidentée n’a rien eu, mon père et mon compagnon en sont sortis indemnes, exemptés ma belle-mère et moi-même. Ma belle-mère a eu un traumatisme crânien et de l’hypertension et moi-même une cote flottante cassée et 1 semaine avec prolongation d’une semaine. Ce samedi, nous avons eu un rendez-vous à la gendarmerie pour une audition et il paraîtrait que le gendarme qui nous a auditionné était ami avec la partie adverse, car lors de l’accident mon conjoint m’a dit qu’ils se sont serrés la main de plus lors de mon audition le gendarme n’a pas noté exactement tout ce que j’ai dit mot pour mot.  Certes, il y a eu un refus de priorité pour mon beau-père qui estimait avoir le temps de passer sauf que la voiture qui nous a percuté était en excès de vitesse et bizarrement juste après l’accident de voiture mon conjoint l’a surpris au téléphone et lui a demandé s’il appelait le 18, car il y avait des blessés, le monsieur n’a pas répondu à cette question et quelques minutes plus tard un de ses amis « pompier » et venu nous voir dans le véhicule. Le monsieur semblait être déjà au téléphone avant même l’accident de voiture, je l’ai signalé au gendarme lors de l’audition, mais il ne la pas notée, ma question est-ce que sachant que je souffre encore de ma côte cassée et que je ne connais pas entièrement mes droits puis-je porter plainte contre le véhicule qui nous a heurté pour excès de vitesse et pour le téléphone en main ?

J’ai été percutée par une voiture alors que je roulais à vélo

Suite à cet accident du 18 octobre dernier, j’ai porté plainte sur les conseils de mon assureur et de notre mutuelle. Mais dans l’échange avec la responsable des sinistres, je n’ai pas senti le même intérêt, notamment par rapport à des dommages-intérêts.  Elle m’a dit que ce genre de sinistre se règle à l’amiable ; c’est mieux. J’ai eu un traumatisme crânien et un saignement interne important avec deux transfusions.  Je suis rentrée chez moi. Quel est votre conseil et quel niveau de dommages-intérêts ? Comment faire prendre en charge mon traumatisme crânien ?

Démarches suite accident de la route

Mon conjoint a eu un accident de moto. Un conducteur de voiture qui était à un stop lui a coupé la route, il est donc venu percuter la voiture. Il a subi un traumatisme crânien avec perte de connaissance et a été opéré du poignet gauche. Il est en arrêt jusqu’au 31/01 pour l’instant. Il a obtenu un compte rendu du chirurgien relatif à son poignet, indiquant qu’il ne récupérera pas ni la mobilité ni la force du poignet. Toutefois, il souffre également de l’épaule droite, du pied droit, de plaques de psoriasis qui sont apparus, etc. Le compte rendu du chirurgien suffira pour son dossier d’indemnisation même s’il n’évoque que le poignet et le traumatisme crânien ?

Réouverture de dossier traumatisme crânien

J’ai besoin de conseil pour une réouverture de dossier traumatisme crânien suite à un accident de la route avec mon véhicule. Coma Glasgow 2 traumatisme crânien sévère, œdème cérébral diffus, clavicule et côtes cassées, rééducation pendant presque un an. Aujourd’hui après mon combat pour essayer de tenir, je me retrouve sans force, plus d’envie et à l’époque ma femme était enceinte, aujourd’hui, j’ai 4 enfants. Je suis en invalidité catégorie 2 et aah. Mon état pour l’assurance était consolidé or depuis 8 ans mon médecin m’a prescrit plusieurs arrêts de travail dus à ma santé. Je viens de finir mes expertises via l’assureur. Une première avec un médecin puis un psychologue puis un neuropsychiatre. J’attends leurs rapports pour indemnisation.