Choc post traumatique accident voiture et indemnisation

Pour toutes vos questions l’Association AIVF est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Choc post traumatique accident voiture et indemnisation

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

 

Choc post traumatique accident voiture et indemnisation : explications

Suite à un accident de voiture souvent les victimes se plaignent d’un état de stress post traumatique. Ce préjudice pose souvent des problèmes au moment de l’indemnisation. Pour éviter ceux-ci il ne faut pas tarder juste après un accident de voiture de vous rendre chez votre médecin traitant afin qu’il vous fasse un certificat médical précisant bien que vous avez été victime d’un choc post traumatique. Il ne faut pas non plus hésiter à vous faire prescrire les médicaments nécessaires. D’une part seules les pathologies en relation directe et certaine avec l’accident de voiture peuvent être indemnisées. Plus vous attendez pour vous faire faire un certificat médical, plus l’assureur sera en position pour dire que rien ne prouve que c’est en relation avec l’accident de voiture. D’autre part, les assureurs ont tendance à classer cette pathologie choc post traumatique comme relevant de la psychiatrie alors que c’est discutable et également neurologique.

Rubriques à lire plus particulièrement

Vérifier le taux d’aipp du stress post traumatique.

 

Choc post traumatique accident voiture : un vrai poste de préjudice à part entière

Choc post traumatique accident voiture et indemnisation Il n’est pas rare que ce poste de préjudice choc post traumatique soit oublié tout simplement… Les assureurs n’aiment pas trop indemniser ce type de préjudice et le comportement des victimes à l’égard du choc post traumatique ou stress post traumatique n’est pas toujours bien adapté. Il y a essentiellement trois comportements de la victime qui font que le choc post traumatique n’est pas pris en compte. Il y a d’abord le cas de la victime qui a eu des séquelles sévères et qui souffrent de celles-ci. Les médicaments qu’il prend immédiatement après l’accident de voiture font office d’anxiolytique. L’attention de la victime est plus portée sur l’état de ses blessures plutôt que de se concentrer sur son état d’anxiété. Avec le temps il considère que son état d’anxiété est dû aux différentes blessures et il n’envisage pas que ce peut être un choc post traumatique. Il y a ensuite beaucoup de victimes qui se considèrent comme ayant beaucoup de caractère et qui refusent par peur ou par honte de se reconnaître victime de cette pathologie. Elles pensent que ce sont les gens faibles qui ont ces effets. Elles tentent de lutter seules. C’est évidement une fausse idée de base puisque le choc post traumatique est un problème neurologique. Il y a enfin les victimes qui étaient peut être déjà déprimées avant l’accident de voiture et qui ne font pas la distinction entre leur état antérieur et ce nouvel état d ‘anxiété. Ces victimes souvent se livrent spontanément au médecin expert qui ne manque pas de dire qu’il n’y a pas de choc post traumatique mais un état antérieur…

Choc post traumatique accident voiture et indemnisation

Choc post traumatique accident voiture et indemnisation Il convient de ne pas tomber dans les pièges tendus par le médecin expert d’assurances. Le choc post traumatique est un vrai poste de préjudice et peut être inclus dans le poste de préjudice AIPP. Le taux AIPP peut aller de 0 à 25 pour cent, prévue que ce n’est pas du tout un poste anodin… Dans les cas importants il peut en résulter une incidence professionnelle. La vérité est que l’assureur n’aime pas indemniser ce préjudice choc post traumatique car c’est une pathologie qui ne se voit pas, qui peut venir en partie d’un état antérieur, et dont la victime peut réussir à guérir un jour !

TSPT enfant 5 ans suite accident de la route stress post traumatique

J’ai été victime d’un accident de la route avec mon enfant de 5 ans. Une voiture m’a refusé la priorité et je l’ai percutée de plein fouet à 80km/h. La violence du choc a été importante et au jour ou je vous écris, je remarque que l’accident a marqué de manière forte mon fils. Un choc post traumatique évident :  une grosse angoisse en voiture est présente et même lors de sorties en vélo, il manifeste une profonde peur de croiser des voitures. Ma question porte sur l’indemnisation du choc post traumatique et la valeur du préjudice qui peut y avoir sachant que de de notre côté nous allons déjà entamer des séances de sophrologie et de psychologie.

Exemples de questions sur le sujet choc post traumatique

Choc post traumatique et consolidation

J’ai subi un accident de la route non responsable véhicule irréparable. En résulte problème cervicalgies et dorsalgies + état de stress post traumatique reconnu par la sécurité sociale au titre de l’accident de travail car je revenais de mon boulot.(accident de trajet). Petite précision et pas des moindres j’étais enceinte de 3 mois au moment des faits. S’en est suivi un accident de travail de 1 mois  et demi et je reviens en mi temps thérapeutique. Je n’ai repris le volant que un an après les faits SEULE je n’ai jamais conduit avec mon enfant. Je suis suivis par un kine pour les douleurs et un psychiatre pour mon état. Je suis toujours sous traitement et en mi temps thérapeutique. 1. Ai je réellement besoin d’un avocat ou d’un médecin pour m’ assister ? Combien ça me coûterait ? 2. Quel pourrait être le montant de mon préjudice ? Nb j’ai déjà rencontre le médecin expert en juin mais étant donné que je n’étais pas consolidée il ne m’a rien proposé juste un futur rdv.

Choc post traumatique et indemnisation

J’ai été victime d’un accident de moto (choc frontal contre une voiture) non responsable.  Je me rendais à mon travail, j’etais donc indemnisé en accident de trajet. L’assurance de mon véhicule a donc pris en charge le remboursement de la moto (épave) ainsi que mon équipement. Je suis resté 2 jours dans un hôpital où j’ai été soigné d’une Luxation accromio claviculaire stade 2 contusion cheville genoux ainsi que dermabrasion aux cuisses. Je suis resté 5 mois en accident de travail, 1 mois en mi temps thérapeutique pour ensuite reprendre mon travail de manière totale en continuant bien sur mes séance de kinésithérapie. Mon état à été considéré comme consolidé en septembre par le médecin expert de mon assurance. Cependant impossible pour moi de reprendre mes activités sportives suite à mon accident et les séquelles qu’il a entraîné. J’ai reçu une offre d’indemnisation s’élèvant à 4139 euros dont 1000 euros de provision à déduire. Nous sommes actuellement en mai et j’ai développé depuis plusieurs mois un état de stress post traumatique lié à l’accident. J’ai d’abord vu un psychologue qui m’a ensuite redirigé vers un psychiatre. Je suis actuellement sous anxiolytiques et antidépresseurs (aucun passif de dépressif). Ma question est la suivante : Le montant de l’indemnisation corporelle est elle à la hauteur du préjudice subi ? Les séquelles psychologiques sont elles à prendre en compte dans l’offre d’indemnisation ? Je n’ai pas accepté l’offre d’indemnisation à ce jour.

Indemnisation suite accident non responsable et stress post traumatique

Nous avons été victimes le 21 septembre dernier, ma mère en moi, d’un accident de la route non responsable (dans un bouchon, une personne a heurté violemment l’arrière de mon véhicule, le laissant hors d’usage – ma mère était en état de choc post traumatique mais nous n’avons pas fait intervenir ni les pompiers, ni la police). Depuis, j’ai du pour ma part avoir recours à 3 séances d’ostéopathie (douleurs et contractures au cervicales et dorsales). Pour ma mère(84 ans), elle a du avoir recours à des séances d’ostéopathie + kinésithérapie. Certaines douleurs persistent encore pour ce qui la concerne. J’ai pour ma part également eu un choc post traumatique puisque j’ai par la suite eu peur de conduire (séance chez un hypnothérapeute).J’ai également du faire des recherches afin d’acquérir un nouveau véhicule alors que n’avions pas de gros moyens. Pour ce qui me concerne, l’assurance me propose une indemnisation de 250 Euros, qui ne couvre ni le temps ni les kms parcourus en différentes démarches. Nous souffrons toujours du stress post traumatique.

Le stress post traumatique est une pathologie courante

A retenir : 
Le stress post traumatique est une pathologie courante
 suite à un accident de la route. Il faut dès le départ la faire 
attester par un certificat médical initial. 
Ce poste est souvent oublié. La victime doit bien se renseigner 
avant toute expertise médicale demandée par l'assureur.