Sélectionner une page
referentiel-indemnisation-infection-nosocomiale-oniam

 

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam

L’Association d’Aide à l’indemnisation des Victimes de France participe à la Commission des Usagers de la Route.     Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam

 

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam

Attention ce référentiel est inférieur de 40 pour cent à l’indemnisation en droit commun : n’acceptez pas n’importe quelle offre de l’ONIAM. Cette situation est totalement anormale. N’hésitez pas à appeler l’Association.

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL QUI PEUT ÊTRE INDEMNISÉ PAR L’ONIAM ?

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam L’ONIAM a pour principale mission d’indemniser les victimes d’aléa thérapeutique – ou leurs ayants droit en cas de décès – autrement dit, les victimes d’accidents médicaux pour lesquels la responsabilité d’un acteur de santé n’est pas rapportée.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam  L’ONIAM  peut aussi être amené à se substituer à l’assureur en cas de faute, si ce dernier est défaillant. Il a, en outre, en charge l’indemnisation des victimes d’infections nosocomiales graves et celle des victimes d’accidents du fait de la recherche biomédicale, lorsque le promoteur de la recherche a prouvé l’absence de faute à sa charge.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam  Enfin, l’ONIAM indemnise les victimes du V.I.H. d’origine transfusionnelle, ainsi que les victimes présentant des dommages consécutifs à une vaccination obligatoire.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Plusieurs situations peuvent se présenter :
1) L’indemnisation est prononcée par le juge dans le cadre d’une procédure contentieuse. Dans ce cas, c’est le juge qui fixe le montant de l’indemnisation à la charge de l’office.
2) La victime a entrepris une procédure devant une commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI) :
– Si la commission conclut à un aléa ou à une infection nosocomiale grave, elle transmet un avis en ce sens à l’office, en précisant par ailleurs la nature des préjudices subis par la victime, ou ses ayants droit, ainsi que leur étendue. La commission ne se prononce cependant pas sur le montant de l’indemnisation mise ainsi à la charge de la solidarité nationale. Le calcul de ce montant, pour chacun des postes de préjudices énumérés par l’avis de la CRCI, relève donc de la compétence de l’ONIAM ;
– Si la commission conclut à une faute, l’avis est adressé au responsable, et à son assureur qui aura la charge de faire une offre à la victime (ou/et aux victimes par ricochets ainsi qu’éventuellement aux ayants droit en cas de décès).
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Cependant, en cas de refus ou d’absence d’offre de la part de l’assureur dans le délai de 4 mois prévu par la loi, la victime peut se retourner vers l’office pour obtenir une proposition d’offre réalisée sur la base de l’avis de la CRCI.
3) Pour ce qui concerne les victimes du V.I.H. d’origine transfusionnelle ou les victimes des conséquences d’une vaccination obligatoire, les montants attribués sont calculés, sauf circonstances particulières et exceptionnelles, à partir de ce même référentiel.

QUELS SONT LES PRÉJUDICES INDEMNISÉS PAR L’ONIAM ?

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Le principe général est celui de la réparation intégrale consistant à indemniser tous les préjudices subis par la victime, afin de compenser au mieux les effets des dommages subis. Dans le cadre du dispositif de règlement amiable, ce sont les CRCI – et non l’ONIAM – qui déterminent les préjudices susceptibles d’être indemnisés.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Ceux ci figurent dans l’avis qui est transmis à la victime et à l’organisme qui aura en charge de faire une offre d’indemnisation.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam La liste des postes de préjudices, qui sert de référence à l’ONIAM pour l’élaboration du présent référentiel, est celle issue du groupe de travail chargé d’élaborer une nomenclature des préjudices corporels sous la direction de M. Jean-Pierre Dintilhac .
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam L’adoption de cette référence a fait l’objet d’une délibération du conseil d’administration de l’office en date du 12 décembre 2007.

QUELLES SONT LES MODALITES D’INDEMNISATION PROPRES A L’ONIAM ?

 1) En cas l’aléa, l’ONIAM ne peut indemniser que la victime directe, ou les ayants-droit de la victime en cas de décès de cette dernière.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Les victimes par ricochet des personnes vivantes ne peuvent pas être indemnisées au titre de la solidarité nationale (article L. 1142-1, II du code de la santé publique).
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Cependant, quand l’ONIAM intervient en substitution d’un assureur défaillant, il applique les règles de droit commun : indemnisation de toutes les victimes y compris les victimes par ricochet des personnes vivantes.
2) L’ONIAM déduit les créances des organismes sociaux avant de transmettre l’offre au demandeur.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Cette déduction se fait dans les conditions fixées par l’article 25 de la loi du 21 décembre 2006 à savoir : déduction opérée poste par poste et droit préférentiel de la victime au paiement, dans le cas où l’avis ne retient qu’une indemnisation partielle.
3) La transformation d’une rente (ou d’un salaire) en capital est calculée sur la base de l’espérance de vie issue des données INSEE pour 2008, avec un taux d’intérêt établi sur la base de la moyenne du TEC 10 au cours du second semestre 2010, soit 2,92%.

POURQUOI PROPOSER UN RÉFÉRENTIEL ?

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Le référentiel d’indemnisation permet de garantir au mieux l’égalité de traitement des demandeurs sur l’ensemble du territoire.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Il peut permettre à chacun d’avoir une idée du montant de l’indemnisation qui lui sera proposé, même si cela ne peut qu’être une estimation portant sur une partie de l’indemnisation, et n’est donné qu’à titre indicatif. Le référentiel n’a aucune valeur contractuelle.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Enfin et surtout, ce référentiel est un outil d’évaluation et de suivi du dispositif. Les montants offerts par l’office font, au moins une fois par an, l’objet d’une comparaison avec le référentiel. Cette évaluation est intégrée au rapport de l’office : elle est donc rendue publique. Ce référentiel est susceptible d’évolution en fonction de l’actualisation de certaines données et des résultats de l’évaluation.

POURQUOI CE RÉFÉRENTIEL N’EST-IL QU’INDICATIF ?

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Aucune situation ne ressemble vraiment à une autre. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre en compte, de manière individualisée, les préjudices de chaque victime.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Ainsi, une offre ne peut se fonder sur la seule application mécanique d’un référentiel. Quand cela apparaît possible, une fourchette est proposée.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Cette fourchette ne reste pour autant qu’une indication. Par ailleurs, certains préjudices, notamment économiques, ne font pas l’objet de références quantifiées.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Le principe de la réparation intégrale veut que les préjudices économiques soient indemnisés, non pas sur une base forfaitaire, mais sur la base des dépenses réelles attestées par des factures ou à défaut, en particulier pour des frais futurs, sur la base d’estimations.

EN CONCLUSION

Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Ce référentiel est donc un guide, utilisé par l’office, et mis à la disposition du public. Il représente à la fois un effort de rationalisation et une volonté de transparence.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam C’est enfin un outil essentiel de l’évaluation du dispositif. Le premier référentiel de l’établissement a été adopté par le conseil d’administration de l’ONIAM en date du 25 janvier 2005. Il a été modifié le 13 février 2008, par l’adoption d’une nouvelle liste de postes de nomenclature.
Référentiel indemnisation infection nosocomiale oniam Il a par ailleurs été actualisé au 1er juillet 2009, puis au 1er septembre 2011.

 A- INDEMNISATION DES VICTIMES DIRECTES …………………………………………………….

8 1 – Les préjudices patrimoniaux …………………………………………………………………………………………

8 a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant consolidation) : ……………………………………………………………

8 b) Préjudices patrimoniaux permanents (après consolidation) : …………………………………………………………….

9 2 – Préjudices extrapatrimoniaux ……………………………………………………………………………………..

11 a) Préjudices extrapatrimoniaux temporaires (avant consolidation) : …………………………………………………..

11 b) Préjudices extrapatrimoniaux permanents (après consolidation) : ……………………………………………………

12 c) Préjudices extrapatrimoniaux évolutifs (hors consolidation) : …………………………………………………………

B – NOMENCLATURE DES PREJUDICES CORPORELS DES VICTIMES INDIRECTES ………………………………………………………………………………………………………….

16 1 – Préjudices des victimes indirectes en cas de décès de la victime directe ………………………….

16 a) Préjudices patrimoniaux …………………………………………………………………………………………………………….

16 b) Préjudices extrapatrimoniaux ……………………………………………………………………………………………………..

17 2 – Préjudices des victimes indirectes en cas de survie de la victime directe …………………………

19 a) Préjudices patrimoniaux …………………………………………………………………………………………………………….

19 b) Préjudices extrapatrimoniaux ……………………………………………………………………………………………………..

LE RÉFÉRENTIEL

Avant propos :

– Ce document est le référentiel indicatif d’indemnisation de l’ONIAM. Il est par conséquent centré sur la présentation des références indemnitaires de l’établissement, et non sur la définition même des postes qui ne relèvent pas de sa compétence. Pour autant, un rappel de la définition du ou des préjudices est généralement proposé ; la juxtaposition dans un même document des deux aspects– définition et référence indemnitaire – étant le plus souvent indispensable à la clarté de la présentation.

– Il est construit à partir de la liste des postes de préjudices proposée par le groupe de travail chargé d’élaborer une nomenclature des préjudices corporels sous la direction de M. Jean-Pierre Dintilhac ;

– Tous les postes de préjudices traités dans ce rapport sont repris dans le référentiel. Pour autant, ne sont indemnisés par l’ONIAM que les préjudices qui sont mentionnés dans les avis des commissions.

– De plus, et en dehors du cadre indemnitaire strict, l’ONIAM indemnise les frais de conseils, notamment par un médecin ou un avocat, engagés par la victime, ou par ses ayants-droit en cas de décès, dans le cadre du processus de règlement amiable. Ces frais font l’objet d’un remboursement sur production de pièces justificatives, et sous réserve qu’ils ne soient pas pris en charge au titre d’un contrat d’assurance de protection juridique ou d’un système de protection. Ce remboursement est plafonné à 700€.

A- INDEMNISATION DES VICTIMES DIRECTES

1 – Les préjudices patrimoniaux Les préjudices patrimoniaux sont constitués par les pertes économiques, manque à gagner, et frais de toute nature en relation directe avec l’accident en cause. On peut les décomposer de la manière suivante :

a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant consolidation) :

– Dépenses de santé actuelles Sont indemnisés les frais hospitaliers, médicaux, paramédicaux et pharmaceutiques (infirmiers, kinésithérapie, orthoptie, orthophonie, etc.), restés à la charge de la victime, durant la phase temporaire d’évolution, avant la consolidation. Le forfait hospitalier est pris en charge à hauteur de 50% (cet abattement tient à la nature du forfait hospitalier qui constitue « une contribution minimale représentant les dépenses que l’hospitalisé aurait normalement supportées, qu’il soit ou non à l’hôpital »).

– Frais divers Il s’agit ici de prendre en compte, sur justificatifs, tous les frais susceptibles d’être exposés par la victime directe, en lien exclusif avec l’accident, avant la date de consolidation.

– Pertes de gains professionnels actuels Les pertes de revenus subies au cours de l’incapacité temporaire de travail, totale ou partielle, sont intégralement compensées sur production de justificatifs.

b) Préjudices patrimoniaux permanents (après consolidation) :

– Dépenses de santé futures Sont indemnisés les frais hospitaliers, médicaux, paramédicaux, pharmaceutiques et assimilés, même occasionnels mais médicalement prévisibles, rendus nécessaires par l’état séquellaire après consolidation. Ces frais futurs incluent aussi les frais de prothèses ou d’appareillages spécifiques nécessaires afin de suppléer le handicap permanent qui demeure après la consolidation.

– Frais de logement adapté Sont pris en compte les frais que doit débourser la victime directe à la suite du dommage pour adapter son logement à son handicap ou le surcoût financier engendré par l’acquisition d’un domicile adapté, ou encore les surcoûts de loyer correspondants. Le cas échéant, sont indemnisés les frais de déménagement et d’emménagement. Ce poste intègre également les frais de structure de type foyer ou maison médicalisée. Ces indemnisations interviennent sur la base de factures ou devis.

– Frais de véhicule adapté Sont prises en compte, sur justificatifs, les dépenses rendues nécessaires pour l’adaptation du véhicule en raison du handicap permanent, ou le cas échéant, le surcoût lié à l’achat d’un véhicule adapté.

– Assistance par tierce personne L’indemnisation de ce poste dépend du niveau de qualification de la tierce personne requise. L’ONIAM se réfère par conséquent à la convention collective des aides à domicile, afin d’attribuer pour chacune des catégories (de A pour les aides non qualifiées à C pour les aides qualifiées) une somme correspondant à la moyenne des salaires horaires, prenant en compte l’ancienneté et l’évolution du salaire sur la durée de validité de la convention collective. La durée annuelle retenue est de 390 jours de façon à prendre en compte la durée des congés payés. Les besoins journaliers en heures de tierce personne sont déterminés par l’avis de la commission.

– Pertes de gains professionnels futurs L’indemnisation des préjudices économiques à venir (préjudices professionnels) est évaluée à partir des éléments de faits.

– Incidence professionnelle Il s’agit du préjudice subi en raison de la dévalorisation sur le marché du travail : perte d’une chance professionnelle, augmentation de la pénibilité de l’emploi occupé, frais de reclassement professionnel ou formation de reconversion ou encore nécessité de devoir abandonner la profession exercée avant le dommage. Ce poste de préjudice inclut également la perte de retraite, en fonction de l’incidence sur le montant de la pension auquel pourra prétendre la victime au moment de sa prise de retraite, et qui est calculé à partir des données fournies par le demandeur. Il inclut aussi la perte de chance de retrouver un emploi, qui doit être évaluée au cas par cas. En l’absence d’éléments de faits, l’indemnisation est calculée à partir d’une évaluation fondée sur tout indice permettant une estimation.

– Préjudice scolaire, universitaire ou de formation Ce poste de préjudices, apprécié notamment en fonction du niveau d’étude de la victime, est indemnisé selon les cas d’espèce. 

– Préjudices extrapatrimoniaux

a) Préjudices extrapatrimoniaux temporaires (avant consolidation) :

– Déficit fonctionnel temporaire Les troubles dans les conditions d’existence de toutes natures (perturbation de la vie familiale, perte d’agrément, préjudice sexuel temporaire, notamment) font l’objet d’une indemnisation forfaitaire. Cette indemnisation est, pour une incapacité fonctionnelle totale, de 300 à 500 € par mois, en fonction des circonstances.

Souffrances endurées Il s’agit de toutes les souffrances physiques et psychiques, du jour de l’accident à celui de sa consolidation. Ce préjudice est évalué sur une échelle exprimée en degrés de 1 à 7. Il est indemnisé en fonction du référentiel suivant. Les montants sont présentés sous la forme de fourchettes.

Degrés Montants en €

1 799- 1081

2 1 360 – 1 840

3 2 397 – 3 243 4

4 624 – 6 256

5 8 755 – 11 845

6 15 504 – 20 976

7 25 585 – 34 615

Lorsque la période avant consolidation est particulièrement brève, l’indemnisation peut être calculée au prorata temporis.

– Préjudice esthétique temporaire Ce poste couvre l’altération majeure – mais temporaire – de l’apparence physique, dont les conséquences personnelles sont très préjudiciables : le préjudice est lié à la nécessité de se présenter dans un état physique altéré au regard des tiers.  Les critères pris en compte pour fixer le montant de l’indemnisation sont, notamment, la gravité de l’altération physique en cause et la durée de cette situation.

b) Préjudices extrapatrimoniaux permanents (après consolidation) :

– Déficit fonctionnel permanent Ce poste indemnitaire est mesuré par un taux (de 1 à 100%). Il est évalué en référence à un barème médical basé sur les notions d’incapacité permanente partielle (IPP) ou d’atteinte permanente à l’intégrité physique ou psychique (AIPP). Ces notions sont équivalentes : par exemple 50% d’AIPP ou 50% d’IPP évalués par l’expert s’entendent comme 50% de DFP. Ce taux mesure le déficit fonctionnel qui résulte de l’accident et qui affectera de manière définitive les capacités à venir de la victime : réduction du potentiel physique, psychosensoriel ou intellectuel, douleurs séquellaires après consolidation. Il s’agit donc concrètement d’une indemnisation destinée à compenser le handicap fonctionnel que la victime va rencontrer dans sa vie future en raison de son déficit, ce qui explique pourquoi l’âge est un facteur déterminant du montant de l’indemnisation versée à ce titre. Le montant de l’indemnisation versée tient donc compte, d’une part, du pourcentage du déficit fonctionnel permanent, donc de la gravité, et, d’autre part, de l’âge (au moment de la consolidation), afin de prendre en compte l’espérance de vie moyenne à un âge donné. Ainsi : – pour un âge donné, un taux de DFP de 50% donnera lieu à une indemnisation supérieure à celle qui serait octroyée pour un taux de 20%, – et pour un taux de DFP donné, l’indemnisation d’une personne de 20 ans sera supérieure à celle d’une personne de 70 ans. De même, pour un âge et un taux donnés, l’indemnisation proposée à une femme sera un peu supérieure à celle proposée à un homme, en raison de la différence statistique d’espérance de vie.

 L’indemnisation du déficit fonctionnel permanent est calculée selon un modèle schématisé dans les tableaux de référence suivants : Les montants sont exprimés en euros.

HOMMES
DFP %5         15        25         35           45         55          65           75          85          95
âge
10   5297 22321 47918 82090  124835 176154 236047  304513 381554  467168
20   5138 20892 43949 74310  111975 156944 209216   268792 335671 409855
30  4984 19507 40102   66770    99511 138325 183211   234170 291202 354307
40   4832 18135 36292   59303   87167 119884 157455   199879 247157 299289
50   4689 16853 32731   52322 75627 102646 133379    167825 205986 247860
60    4558 15671 29446 45884     64986 86749 111176    138265 168017 200432
70    4442 14628 26549 40206     55598 72726 91590      112189 134524 158595
80   4348    13783 24202 35605   47993 61366 75723        91065 107391 124701
90   4287 13231 22669 32602       43029 53950 65365       77275 89679 102576
100   4261 12995 22013   31316      40903 50775 60930        71370 82094 93103

FEMMES

DFP % 5 15 25 35 45 55 65 75 85 95
âge
10 5418 23409 50942 88016 134631 190788 256486 331726 416507 510829
20 5257 21963 46924 80141 121613 171341 229325 295564 370059 452810
30 5097 20526 42934 72321 108687 152032 202357 259660 323942 395203
40 4940 19111 39002 64614 95947 133000 175774 224268 278483 338419
50 4788 17742 35200 57162 83628 114598 150072 190050 234533 283519
60 4641 16422 31533 49974 71745 96848 125280 157043 192136 230560
70 4502 15169 28053 43153 60470 80004 101755 125723 151907 180308
80 4381 14079 25025 37219 50660 65350 81287 98473 116906 136588
90 4299 13340 22971 33193 44006 55410 67404 79989 93164 106931
100 4261 13002 22034 31356 40969 50873 61068 71554 82330 93397

 – Préjudice d’agrément Ce poste de préjudice vise exclusivement à réparer le préjudice d’agrément spécifique lié à l’impossibilité, pour la victime, de pratiquer régulièrement une activité sportive ou de loisirs qu’elle exerçait avant l’accident. Ce préjudice est indemnisé en tenant compte de tous les paramètres individuels de la victime (âge, niveau, etc.) et sur production de justificatifs. Il est calculé sur la base d’une proportion de 5 à 20% du montant attribué au titre du DFP, en fonction de la situation.

– Préjudice esthétique permanent Ce poste vise à réparer une altération permanente de l’apparence physique. Ce préjudice est évalué sur une échelle exprimée en degrés de 1 à 7. Il est indemnisé en fonction du référentiel suivant. Les montants sont présentés sous la forme de fourchettes.

– Préjudice sexuel Ce poste de préjudices, destiné à compenser les troubles de nature sexuelle, est indemnisé selon le cas d’espèce.

– Préjudice d’établissement Ce poste, qui représente la perte de chance de réaliser normalement un projet de vie familiale, en raison de la gravité du handicap, est indemnisé selon le cas particulier.

Degrés Montants en €
1  600 – 812 2 1 350 – 1 826 3 2 907 – 3 933 4 5 930 – 8 022 5 11 076 – 14 985 6 19 003 – 25 709 7 30 369 – 41 087 01/09/2011

– Préjudices permanents exceptionnels Ce poste vise à indemniser, à titre exceptionnel, un préjudice extrapatrimonial permanent particulier, non indemnisable par un autre biais, prenant une résonnance toute particulière, soit en raison de la situation particulière de la victime, soit en raison des circonstances ou de la nature de l’accident à l’origine du dommage. Il est indemnisé selon le cas d’espèce.

c) Préjudices extrapatrimoniaux évolutifs (hors consolidation) :

– Préjudices liés à des pathologies évolutives Ce poste concerne des préjudices consécutifs à des pathologies évolutives, dont le risque d’évolution constitue en lui-même un chef de préjudice distinct, qui doit être indemnisé en tant que tel. Il résulte en particulier pour la victime de la connaissance de sa contamination par un agent exogène (biologique, physique ou chimique), qui comporte le risque d’apparition ou de développement d’une pathologie mettant en jeu le pronostic vital. Le montant de l’indemnisation sera fixé en fonction de critères personnels (âge notamment), mais aussi de la nature de la pathologie en cause (risque évolutif, pronostic, etc.).

NOMENCLATURE DES PREJUDICES CORPORELS DES VICTIMES INDIRECTES

1 – Préjudices des victimes indirectes en cas de décès de la victime directe

a) Préjudices patrimoniaux

– Pertes de revenus des proches Ce poste de préjudice est destiné à compenser les pertes de revenus du foyer en raison du décès de la victime directe. Pour évaluer l’indemnisation de ce préjudice, il est procédé au calcul de la différence de revenus, avant et après le décès, déduction faite de la part de consommation de la victime directe. Cette différence est ensuite répartie entre chacun des ayants droit. Ce poste peut comprendre, si le décès est exclusivement imputable à l’accident médical, la perte ou la diminution de revenus dont justifient les proches de la victime directe, lorsqu’ils sont obligés d’assurer une présence constante, en raison de l’accident médical, jusqu’au décès de celle-ci. La réparation de ce chef de préjudice ne peut cependant pas conduire le proche de la victime directe à bénéficier d’une double indemnisation, à la fois au titre de celle de ce poste et de celle qu’il pourrait percevoir au titre de l’assistance par une tierce personne, s’il décidait de remplir cette fonction auprès de la victime.

– Frais d’obsèques L’indemnisation des frais d’obsèques vise les frais funéraires au sens strict.

– Frais divers des proches Ce poste, apprécié sur la base des frais réels, comprend les frais de transports, d’hébergement et de restauration occasionnés du fait du décès. Le cumul des frais occasionnés par le décès – frais d’obsèques et frais divers des proches – est indemnisé dans la limite d’un plafond de 5000 €. b) Préjudices extrapatrimoniaux

– Le préjudice d’accompagnement Ce poste est destiné à réparer les bouleversements sur leur mode de vie au quotidien, dont sont victimes les proches de la victime directe de l’accident médical, jusqu’au décès de celle-ci. Il concerne les proches ayant partagé une communauté de vie effective et affective avec la victime directe. Il est calculé sur une base forfaitaire de 300 € à 500 € par mois selon le cas d’espèce.

– Le préjudice d’affection Le tableau ci-après décrit les références utilisées, sous réserve de l’appréciation de la réalité des liens unissant l’ayant droit à la personne décédée.

VICTIME DECEDEE BENEFICIAIRE

MONTANT en €
Conjoint / Concubin / Pacsé Conjoint / Concubin/ Pacsé 15 000 – 25 000
Enfant mineur Parent 15 000 – 25 000
Enfant majeur au foyer Parent 12 000 – 20 000
Enfant majeur hors foyer Parent 4 000 – 6 500
Parent Enfant mineur 15 000 – 25 000
Enfant majeur au foyer 12 000 – 20 000
Enfant majeur hors foyer 4 000 – 6 500
Grand parent Petit enfant – avec cohabitation 4000 – 6 500 – sans cohabitation 2 000 – 4 500
Petit enfant Grand parent – avec cohabitation 4 000 – 6 500 – sans cohabitation 2 000 – 4 500
Frère / Sœur Frère / Sœur – avec cohabitation 12 000 – 20 000 – sans cohabitation 4 000 – 6 500

– Préjudices des victimes indirectes en cas de survie de la victime directe Rappel : dans l’état actuel du droit, la réparation du dommage au titre de la solidarité nationale n’ouvre pas droit à indemnisation du préjudice des victimes par ricochet de la victime directe vivante. En revanche, l’ONIAM procède à une telle évaluation, lorsqu’il intervient en substitution d’un assureur défaillant, si l’avis de la commission a retenu ces chefs de préjudices.

a) Préjudices patrimoniaux – Perte de revenus des proches La perte ou de la diminution de revenus, engendrées pour le conjoint, les enfants, par le handicap de la victime directe peuvent faire l’objet d’une compensation sur la base de justificatifs. – Frais divers des proches Ils couvrent les frais attestés de transports, d’hébergement et de restauration engagés pendant ou après l’accident médical de la victime directe, notamment si celle-ci séjourne dans un établissement éloigné de la résidence de sa famille qui vient la voir régulièrement.

b) Préjudices extrapatrimoniaux – Préjudice d’affection C’est le préjudice moral subi par certains proches à la vue de la souffrance et de la déchéance de la victime directe. Il est indemnisé selon le cas d’espèce.

– Préjudices extrapatrimoniaux exceptionnels Il s’agit d’un préjudice exceptionnel couvrant les bouleversements du mode de vie au quotidien, dont justifient les proches, du fait du handicap de la victime directe. Ce poste de préjudice concerne les proches de la victime directe, qui partagent habituellement une communauté de vie effective avec la personne handicapée. Il est indemnisé selon le cas d’espèce.

ANNEXE NOMENCLATURE DES POSTES DE PREJUDICES

A – Nomenclature des préjudices corporels de la victime directe

1°) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant consolidation) : – Dépenses de santé actuelles (D.S.A.) – Frais divers (F.D.) – Pertes de gains professionnels actuels (P.G.P.A.) b) Préjudices patrimoniaux permanents (après consolidation) : – Dépenses de santé futures (D.S.F.) – Frais de logement adapté (F.L.A.) – Frais de véhicule adapté (F.V.A.) – Assistance par tierce personne (A.T.P.) – Pertes de gains professionnels futurs (P.G.P.F.) – Incidence professionnelle (I.P.) – Préjudice scolaire, universitaire ou de formation (P.S.U.)

2°) Préjudices extrapatrimoniaux a) Préjudices extrapatrimoniaux temporaires (avant consolidation) : – Déficit fonctionnel temporaire (D.F.T.) – Souffrances endurées (S.E.) – Préjudice esthétique temporaire (P.E.T.) b) Préjudices extrapatrimoniaux permanents (après consolidation) : – Déficit fonctionnel permanent (D.F.P.) – Préjudice d’agrément (P.A.) – Préjudice esthétique permanent (P.E.P.) – Préjudice sexuel (P.S.) – Préjudice d’établissement (P.E.) – Préjudices permanents exceptionnels (P.P.E.) c) Préjudices extrapatrimoniaux évolutifs (hors consolidation) : – Préjudices liés à des pathologies évolutives (P.EV.)

 B – Nomenclature des préjudices corporels des victimes indirectes ou victimes par ricochet

1°) Préjudices des victimes indirectes en cas de décès de la victime directe a) Préjudices patrimoniaux – Pertes de revenus des proches (P.R.) – Frais d’obsèques (F.O.) – Frais divers des proches (F.D.) b) Préjudices extrapatrimoniaux – Préjudice d’accompagnement (P.AC.) – Préjudice d’affection (P.AF.)

2°) Préjudices des victimes indirectes en cas de survie de la victime directe a) Préjudices patrimoniaux – Pertes de revenus des proches (P.R.) – Frais divers des proches (F.D.) b) Préjudices extrapatrimoniaux – Préjudice d’affection (P.AF.) – Préjudices extrapatrimoniaux exceptionnels (P.EX.)