Exemples de questions faute médicale posée à l’Association

Pour toutes vos questions Association AIVF   est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Exemple de question faute médicale

 « Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer »

 

Exemples questions Faute Médicale posées à l’Association

Avant toute chose, lorsqu’on pense qu’une faute médicale a eu lieu, il convient de récupérer le dossier médical. C’est en effet seulement sur la base de ces documents qu’il pourra être établi une faute médicale éventuelle. La personne la mieux située pour dire s’il y a une faute médicale ou non est le médecin expert de victimes. 

Question de la victime sur la faute médicale erreur de diagnostic

Exemple de question faute médicale Suite à une erreur de diagnostic, la rupture d’un tendon n’a pas été soignée à temps et j’ai maintenant un genoux handicapé. Je voulais négocier à l’amiable avec l’Hôpital, mais je me suis laissé entraîner dans des courriers et aujourd’hui, dans un entretien téléphonique avec un responsable de l’hôpital, j’apprends qu’il est possible que l’assureur me dédommage d’une simple obole ridicule. Je vous joins le premier courrier transmis au directeur de l’hôpital, pour vous aider à comprendre la situation. Je pense que je m’y suis mal pris. Avez-vous la possibilité de m’aider ?

Réponse :

Exemple de question faute médicale Vous pouvez déposer un dossier devant la CRCI de votre région afin de savoir vers quelle procédure vous orienter. Vous pouvez également soumettre votre dossier à un médecin expert afin de savoir s’il s’agit d’une erreur médicale, d’un aléa thérapeutique, etc… En effet, cette démarche ci n’est pas nécessairement obligatoire – elle implique des frais – mais demeure indiquée lorsque l’on ne sait pas si on est en présence d’une faute médicale, d’un aléa thérapeutique ou peut-être même de l’absence de l’une et de l’autre.

Question sur l’erreur médicale

Association Erreur Médicale Ma femme a été opérée de la mâchoire  à Paris pour un sourire gingival sur conseil du médecin de l’hôpital. Depuis cette opération, elle vit un calvaire: malocclusion dentaire (les dents d’en haut et d’en bas ne sont pas alignés, et elle a des difficultés a mastiquer), elle a également des douleurs au niveau des articulations de la mâchoire (ATM) et un début d’arthrose de ces articulations. Que pouvons nous faire ? Pensez vous qu’il y a une erreur médicale ? Votre Association peut être-elle intervenir quand il y a une indemnisation suite à une erreur médicale ?

Réponse sur l’erreur médicale

Association Erreur Médicale Tout d’abord, récupérez le dossier médical de votre femme dans son intégralité. Pour cela vous adressez un courrier à l’hôpital en demandant la copie complète du dossier médical tout en joignant la photocopie recto verso de la carte d’identité. Le plus simple est de déposer un dossier devant la CRCI (commission régionale de conciliation et d’indemnisation, aujourd’hui dénommé CCI) de votre région afin que cette commission rende un avis sur la situation de votre femme. Cette commission fera passer une expertise médicale à votre femme et indemnisera le préjudice de votre femme ensuite, suivant l’importance des séquelles. Il faut évidement que la commission reconnaisse la faute médicale pour cela. Vous pouvez aussi joindre l’Association pendant les heures de permanence afin d’avoir directement son avis sur l’erreur médicale eventuelle

Exemple de question sur l’erreur médicale par une victime

Erreur médicale

Je me suis fait opérer d’une rupture totale du tendon d’Achille en Octobre. Je me suis tout de suite rendu compte que je ressentais une douleur qui ne me semblait pas normale après le déplâtrage. J’ai été reçu en consultation environ une fois par mois pour le suivi post opératoire par les internes en chirurgie, à chaque fois je leur faisais part de mon inquiétude sur ces douleurs qui s’intensifiaient de semaines en semaines, ma rééducation en kinésithérapie n’évoluait pas à cause de ses douleurs, j’ai un oedème massif depuis l’intervention qui n’est pas normal, j’ai fait une complication trombo-embolique, une phlébite , aucun des internes en chirurgie n’avaient pensé à vérifier à ce niveau là.  Je commencais à penser qu’il y avait une faute ou une erreur médicale. Après plus de 5 mois de douleurs intenses, de plus en plus invalidantes, insomniantes, j’arrive à avoir la prescription d’une échographie de ce tendon qui me fait souffrir quotidiennement, les résultats ne sont pas bons. Mon médecin inquiet de cette erreur médicale me demande de revoir le chirurgien en urgence, ce que je fais. Il semble y avoir effectivement des problèmes comme l’oedème persistant, les douleurs intenses, l’impotence fonctionnelle, la perte de poids, les insomnies….. Il ne parle pas ouvertement de faute médicale cependant mais il me prescrit une IRM. les résultats ne sont pas bons du tout, j’ai une large fissure intra-tendineuse profonde du tendon d’Achille, avec des complications (synovite, épanchement intra-articulaire, enthésopathie, aponévropathie…). Je présente maintenant une boiterie très importante, l’oedème est toujours persistant, les douleurs très invalidantes. Je pense que si j’avais été pris en considération dès le départ par l’équipe de chirurgie, je n’en serais pas là aujourd’hui. Ils ont fait une faute. Des personnes me disent que ca peut etre aussi un aléa thérapeutique. Les conséquences sur ma vie personnelle et professionnelle sont très importantes. Que puis-je faire arrivé à ce stade, je souhaite qu’il y ait une prise en considération de cette faute ou erreur médicale, surtout dans la non prise en compte des propos du patient. J’ai l’impression de ne pas avoir été entendu, limite je faisais des « manières » et il fallait que je passe la vitesse supérieure au niveau de la rééducation (j’aurais bien voulu). Mais concrètement je pense avec les résultats des différents examens et l’avis d’un chirurgien dans un autre hôpital me confirme que l ‘intervention a été mal réalisée dès le départ avec une mauvaise suture du tendon d’Achille et de ce fait qui a engendrée des complications. Qu’en pensez-vous?

Question de la victime sur la faute médicale et décès

Exemple de question faute médicale Mon père est. décédé brutalement dimanche 1er juin aux urgences de l’hôpital. Mon père agé de 80 ans , il a appris après une colloscopie, qu’il avait une tumeur cancereuse au niveau ano rectal (carcinome). Je l’ai accompagné aux rdv qu’il a eu avec le cancerologue.  On lui explique ce que les examens ont détecté, à savoir des cellules cancereuses anorectales, un carcinome. Le docteur prescrit un protocole de soins. Deuxième semaine traitement: que de la radiothérapie , la fatigue est de + en + grande, il a des aphtes plein la bouche , n’arrive plus à se nourrir correctement.  Il continu ses rayons le jeudi et le vendredi..il va de + en + mal. L’infirmière nous alerte sur le fait qu’il ne lui semble pas normal que mon père n’ai aucune ordonnance d’antidouleurs, il souffrait terriblement. Le samedi , j’appelle sos médecin, qui arrivera vite, il lui prescrit du Ixprim, qu’il prend immédiatement. Ça le soulage un peu , il s’endort. Le lendemain matin , le dimanche 1er juin, il ne va pas mieux , voire pire. J’appelle le samu vers 10h30, une ambulance est là vers 11H20, il “désature en oxygène”, on lui pose un masque à oxygène relié à une bonbonne de 9 litres. Il est transporté vers les urgences , arrive vers 12h, en compagnie de ma sœur et de moi même. Je ne comprend rien , il m’explique que les résultats sanguins de mon père sont catastrophiques , il n’a plus aucun globules blancs, zéro, et pratiquement plus de plaquettes.  Le médecin me dit :“ce monsieur est entrain de partir, qui êtes vous pour lui ?”, sa fille ! Je me précipite au chevet de mon père qui décédera quelques minutes plus tard . Il est 22h45 Je suis effondrée, choquée. On nous explique qu’il a fait un choc septique dû à une réaction violente à la chimiothérapie, que cela était imprévisible. Aujourd’hui , je ne me satisfais de ses explications , j’ai besoin d’aide, pour comprendre exactement ce qui c’est passé. Est ce normal ? Y at’il eu manque de surveillance , de vigilence ? Y a t’il eu une faute médicale? Dans quelle mesure tout ce ceci était il prévisible ? Qui est responsable s’il y a eu une faute médicale. Que peut faire l’Association pour m’aider?

Réponse :

Exemple de question faute médicale Dans un premier temps il faudrait que vous récupériez son dossier médical en faisant une demande écrite auprès des établissements de santé où il a été soigné, en y joignant une photocopie recto verso de sa pièce d’identité. Il s’agit là de la première étape dans l’éventuelle démarche en vue d’une indemnisation des ayants-droits. Mais c’est aussi un moyen de connaître les circonstances de l’événement qui vous bouleverse au-delà de la possible erreur médicale ou aléa thérapeutique. Une fois le dossier médical récupéré vous pourrez nous appeler pendant les heures de permanences. Nous vous expliquerons alors comment procéder par la suite et sans doute nous vous conseillerons peut-être de demander l’avis d’un médecin expert – médecin diplômé en réparation du préjudice corporel.

Question  erreur médicale

Association Erreur Médicale Suite à une opération de la glande parotide  à  Creusot en saone et loire je me retrouve avec une paralysie faciale droite ,le nerf facial ayant cédé lors de l’opération. Dois-je faire des démarches auprès d’organisme comme la CRCI de ma région ? que me conseillez-vous ? Y a t’il une erreur médicale ? Comment faire pour obtenir une indemnisation suite à une errer médicale. Votre Association peut -elle m’aider ? J’ai déjà adressé un courrier à l’Hopital et je vous joins la réponse. Ils me répondent que je dois apprécier « la procédure » que je souhaites engager , et c’est bien cela qui me pose question, je pense que si il n’y a peut-être pas erreur médicale (le lypome graisseux ayant été à la source de l’opération et enlevé dans la région de la glande parotidienne était important (7CM sur 11CM), je pense que la définition d’aléa medical est approprié. D’après vous et après avoir pris connaissance de la réponse de l’Hopital , dois-je faire une demande auprès de la CCI pour que celle-ci juge si le seuil de gravité est assez important pour se déclarer compétente et estimer ainsi la faute médicale ?

Réponse à la question erreur médicale 

Association Erreur Médicale Deux solutions s’offrent à vous :
– soit vous demandez l’avis d’un médecin expert en lui joignant la copie de votre dossier médical (après l’avoir appelé);
– soit vous remplissez un dossier que vous adressez à la CCI pour examen.
Il semble à priori qu’il s’agisse d’un aléa thérapeutique ( si les critères de gravité sont suffisantes dans votre cas : Quelles séquelles gardez vous ? Quel arrêt avez vous eu ? Si vous optez pour prendre dans un premier temps l’avis d’un médecin expert de victimes l’avantage est que vous aurez un avis objectif qui vous dira s’il y a une erreur médicale , s’il s’agit d’un aléa thérapeutique ou si il n’y a aucun recours possible. Si vous optez pour la solution de saisir la CRCI vous aurez le même avis qu’avec un médecin expert de victimes, sauf qu’ en cas de réponse négative vous ne saurez pas vraiment si l’avis est juste ou pas. L’avantage est cependant que cette procédure est gratuite. Si vous conservez des séquelles importantes il peut être judicieux de vous entourer de professionnels ( avocat erreur médicale, médecin expert de victime). En ce cas contactez la permanence de l’Association.

Pour qu'il y ait erreur médicale il faut que les régles de l'art

A retenir : 
Pour qu'il y ait erreur médicale il faut que les régles de l'art
 de la médecine n'aient pas été respectées.

Exemple de question posée à l’ Association

Je souhaiterais un renseignement auprès de votre association en erreur médicale  sur la procédure à suivre suite à une opération de mon coude droit – cubital – (bras fort) dans une clinique dans le Nord. À l’issue de l’opération, il appert que je n’ai plus aucune sensation au niveau de mon petit doigt et de l’annulaire. Également je ne peux plus écarter mon index et mon majeur et une perte de puissance dans la main. J’ai tout de suite pensé à une faute médicale. Je précise qu’avant l’opération l’EMG fait par le neurologue n’a montré aucun problème au bras droit, hormis un engourdissement de ses 2 doigts occasionnellement. Je suis fonctionnaire de police et depuis mon opération, je n’ai pas pu reprendre mon travail car ne pouvant tenir mon arme de ma main droite. Cela fait déjà presque 4 mois. Après mon opération j’ai fait 3 nouveaux EMG qui montrent un déficit presque total de ma main jusqu’à sous l’aisselle. Le neurologue estime qu’il y a sûrement eu une erreur de l’anesthésiste lors de l’anesthésie locale (sous aisselle bras droit) car avant l’opération, il n’y avait aucun problème sur l’EMG. L’IRM montre que le nerf cubital est sorti de sa gaine et se cicatrise dans la chair du coude, il apparaît aussi un léger rétrécissement du nerf sorti de la gaine. Je suis donc allée à SOS mains, le chirurgien va me réopérer pour libérer le nerf de la chair et le remettre dans sa gaine. Malgré que j’ai préparé un dossier complet à l’encontre du chirurgien et de l’anesthésiste pour par la suite entamer une procédure pour faute médicale après l’opération faite par SOS mains, je me demandais s’il fallait que je fasse voir mon bras et ma main à un médecin expert ou un autre spécialiste pour qu’il constate par écrit, le déficit que j’ai perdu sur l’usage de ma main, de la puissance… avant que je me fasse réopérer le 25 avril ? Sachant que le neurologue m’a clairement dit qu’il a peu de chance que je récupère une totale mobilité et motricité de ma main, ce qui entraînerait un gros souci concernant mon travail…