Pretium doloris ou Souffrances endurées

Pour toutes vos questions l’Association AIVF  est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Pretium doloris ou Souffrances endurées

 « Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer »

 

Pretium doloris ou Souffrances endurées explications

pretium doloris souffrances endurées Les souffrances endurées Pretium doloris couvrent les souffrances physiques et psychiques subies entre l’accident et la consolidation. Elles sont évaluées par un Expert et fixées sur une échelle de 1 à 7. Pour la période qui suit la consolidation, les souffrances sont prises en compte dans le calcul du déficit fonctionnel permanent et ne sont donc plus distinctes. Le poste  prétium doloris ou souffrances endurées correspond à toutes les souffrances physiques et psychiques, ainsi que des troubles associés, que doit endurer la victime durant la maladie traumatique, c’est à dire du jour de l’accident à celui de sa consolidation. En effet, à compter de la consolidation, les souffrances endurées vont relever du déficit fonctionnel permanent et seront donc indemnisées à ce titre.

Les fausses idées sur le pretium doloris

pretium doloris souffrances endurées Les victimes pensent généralement que le Pretium doloris correspond à leur douleur….C’est vrai et c’est faux. C’est vrai puisque le poste a ainsi été défini pour indemniser les conséquences des douleurs. C’est faux concrètement car :
– d’une part le poste Pretium doloris ne correspond qu’à la période du jour de l’accident au jour de la consolidation. Au delà de cette période et pour l’avenir le Pretium doloris est chiffré en fait dans le poste AIPP.
– d’autre part le poste Pretium doloris n’est pas fixé en fonction de la douleur réelle de la victime mais en fonction du nombre d’opérations, du nombre de séances de kiné etc…Concrètement il est donc parfaitement inutile pour une victime de se plaindre auprès du médecin expert des douleurs ressenties car ce n’est pas pour autant qu’il reverra à la hausse son estimation. Il ne faut pas confondre par ailleurs le poste souffrance morale ( préjudice moral) et le Pretium doloris.

Attention :

Nous avons prévu une rubrique vous permettant de calculer votre pretium doloris

Il sera évalué selon les mêmes règles du barème d’indemnisation du pretium doloris 

Le prétium doloris en cas d’aggravation

pretium doloris souffrances endurées Un dossier peut être ouvert à nouveau quand il y a une aggravation de l’état de la victime. L’occasion d’une réouverture de dossier indemnisation corporelle peut donner lieu au chiffrage d’un nouveau Pretium doloris. C’est logique car de nouveau la victime n’était plus consolidée au moment de l’aggravation et il faudra prévoir l’indemnisation de la souffrance subie de ce jour là jusqu’à la date de la nouvelle consolidation. Le nouveau pretium doloris sera évalué pour la période du jour de l’aggravation à la date de la nouvelle date de consolidation.

Le pretium doloris ou souffrances endurées ou pris de la douleur

A retenir : 
Le pretium doloris ou souffrances endurées ou pris de la douleur
 est le poste destiné à indemniser la victime de ses douleurs du jour 
de l'accident à sa consolidation. Pour l'avenir les souffrances sont prévues dans l'AIPP.

Exemple de question sur le pretium doloris

Ma belle mère agée de 92 ans a subi un orage de grèle provoquant de nombreux dégats : toiture, garage, facade d’habitation, véhicule considéré comme irréparable. Elle est déjà dépendante de soins et d’assistance dus à son age avancé, ces évènements n’arrangent pas la situation.Pouvez vous me dire si ce style de sinistre peut engendrer en plus des réparations moins les franchises une indemnisation pour pretium doloris même si il n’y a pas eu de blessures physiques.Quelle démarche faut il alors faire auprès de la compagnie ?