Amputation suite à infection nosocomiale

Pour toutes vos questions l’Association AIVF est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00

Amputation suite à infection nosocomiale

 “Vous pouvez compter sur l’Association AIVF pour vous épauler. Bon courage à chacun. Le président d’honneur de l’AIVF Patrick Kloepfer”

 

Comment se faire indemniser suite à une amputation causée par une infection nosocomiale ?

Infos générales important à savoir :

  • Les conséquences d’une infection nosocomiale doivent être indemnisées intégralement
  • L’indemnisation définitive ne pourra avoir lieu qu’une fois la consolidation médicale acquise.
  • Avant de commencer un dossier pour recours il convient de récupérer son dossier médical.
  • Un recours est possible ( délai de prescription ) uniquement dans les dix ans qui suivent la date de consolidation.
  • Les conséquences d’une amputation pouvant être très importantes il conviendra que la victime s’interresse particuliérement à son dossier et s’entoure de professionnels sérieux en indemnisation. Le mieux sera d’avoir une équipe d’ un avocat et d’un médecin expert ayant l’habitude d’oeuvrer ensemble.

Les conséquences d’une infection nosocomiale doivent être indemnisées intégralement

L’hopital ou la clinique a une obligation de sécurité aussi, ceux-ci doivent répondre des conséquences d’une infection attrapée dans leur établissement pas un patient. En cas d’amputation d’une jambe les conséquences sont particulièrement lourdes aussi la victime devra faire attention pour qu’il ne manque rien à son indemnisation. Dans un tel cas il est vivement conseiller de s’entourer de professionnels compétents afin de ne rien oublier.

Faut-il déposer plainte contre l’hôpital suite à une infection ?

Cela n’est pas nécessaire car en tout état de cause pour l’indemnisation ce n’est pas l’hopital ou la clinique qui paieront mais, selon le cas , leurs assureurs ou la solidarité nationale. En france une victime n’est pas indemnisée de la faute elle même mais des conséquences de la faute dans sa vie. A fortiori en cas d’amputation où les conséquences sont lourdes. L’indemnité n’est pas là pour punir l’auteur mais pour réparer la victime en lui donnant une indemnisation pour lui permettre de vivre de façon la plus proche possible d’avant l’infection nosocomiale.

L’indemnisation suite à une infection nosocomiale

Responsabilité médicale ou accident médical : quels recours sont possibles ? Lorsque vous avez été infecté à l’hôpital ou suite à un acte médical, même en l’absence de faute, il y a une indemnisation possible par la solidarité nationale au titre de l’infection nosocomiale. Dans la rubrique INDEMNISATION SUITE A UNE INFECTION NOSOCOMIALE nous vous indiquons comment procéder pour saisir la CRCI

Exemple de questions de victimes concernant une amputation à la suite d’une infection nosocomiale

Amputation de la jambe gauche suite à une intervention chirurgicale

J’ai subi une intervention pour une prothèse de genou. Cette  intervention  m’a mobilisé pendant plus d’un an. (Arrêt de travail). J’ai repris mon travail 3 mois et ensuite en novembre j’ai été opéré pour une prothèse de genou droit.  Aucune  complication des suites opératoires pour ce genou. En revanche, le 23 décembre , une infection est apparue sur mon genou gauche opéré un an auparavant et j’ai été prise en charge immédiatement par les urgences. Je suis resté pratiquement toute l’année entière en hospitalisation. Aujourd’hui, je suis handicapé et amputé de ma jambe gauche et j’ai du cesser mon activité de chauffeur poids. J’ai beaucoup de difficulté à effectuer les actes de la vie quotidienne et à m’adapter à ma nouvelle vie. Je suis marié et grand père d’un petit garçon de deux ans  et une épouse encore en activité. Je souffre moralement car  mon mode de vie a été chamboulé. Mon entourage en pâtit. J’ai du me réhabituer à ce changement radical. Ma vie familiale et professionnelle ont été et en sont encore bouleversés. Je vous remercie de me donner votre avis et de m’aider dans les démarches qui pourraient être engagées pour obtenir réparation de cet important préjudice.

En cas d'infection nosocomiale et d'amputation, le principe est la répartion intégrale du préjudice.

A retenir : 
En cas d'infection nosocomiale et d'amputation,
 le principe est la répartion intégrale du préjudice.